•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Gatinois Éric Deshaies remporte le Big Wolf’s Backyard Ultra

Un homme court dans la rue avec un chandail et des espadrilles rouges.

Éric Deshaies a cumulé 234,64 km en moins de 35 heures cette fin de semaine (archives).

Photo : Gracieuseté de Richard McDonald

Radio-Canada

L’athlète gatinois de 47 ans a cumulé 234,64 km en moins de 35 heures, cette fin de semaine, et ce dans une chaleur accablante, terminant le dernier tour dans un temps record de 28 minutes et 50 secondes.

Au milieu de plusieurs grands athlètes d’ultramarathon québécois, c’est finalement le Gatinois Éric Deshaies qui est revenu seul de son 35e aller-retour de 6,704 km. Il est ainsi devenu The Last Man Standing de la première édition du Big Wolf’s Backyard Ultra, qui se tenait à Cacouna-Isle-Verte.

Ça fait deux ans que je me prépare pour ce défi , a expliqué, dans un communiqué diffusé mardi, celui qui avait participé à l’édition virtuelle en 2020 et qui a aussi couru 10 marathons en 10 jours dans des temps records au printemps. J’ai vraiment eu une bonne journée. Après 24 heures, je n’avais aucune raideur et je n’avais même pas l’impression que ça avait commencé!

Ancien champion du monde de double Ironman en 2008, Éric Deshaies a aussi l’habitude de courir dans les grandes chaleurs, ce qui était le cas cette fin de semaine, alors que le thermomètre est monté jusqu’à 30 degrés Celsius.

Plus c’est chaud, plus je suis dans mon élément , a confié celui qui se dit acclimaté à la chaleur depuis sa participation à la course Badwater Ultra, un parcours de 217 km qui démarre dans la vallée de la Mort, un des endroits les plus chauds aux États-Unis.

Une course inspirée du Tennessee

La course, qui fait partie d’un réseau d’une quarantaine de défis officiels similaires à travers le monde, s’inspire du concept du Big’s Backyard Ultra, créé en 2012 par Lazarus Lake sur sa propriété de Bell Buckle, dans le Tennessee.

Elle récompense non pas le coureur le plus rapide, mais celui qui est le plus endurant : celui qui se tient toujours debout alors que tous les autres ont abandonné.

Il s’agissait de la première édition de l’événement de Cacouna-Isle-Verte, puisque celui-ci a dû être annulé par deux fois dans la dernière année en raison de la COVID.

Pour l’occasion, plusieurs pointures étaient au rendez-vous, parmi les 92 athlètes participants, dont la coureuse montréalaise Stéphanie Simpson, qui avait remporté le championnat canadien de la Backyard, en octobre 2020, avec 43 tours, mais aussi l’aventurière et athlète Hélène Dumais, connue pour ses performances sur des courses que l’on qualifie souvent d’extrêmes, comme les 888 km de l’Infinitus et les Survival Run, au Nicaragua, en Australie et en Colombie-Britannique.

Pour triompher, Éric Deshaies a dû batailler face à Cédric Chavanne, de Rimouski, qui a fini par mettre un terme à sa course après 34 tours et un peu plus de 227 km en raison d’une douleur persistante au genou.

Un Golden Ticket pour le Tennessee

La victoire d’Éric Deshaies lui donne droit un Golden Ticket, soit la possibilité de participer à la Big Dog’s Backyard au Tennessee, en octobre prochain, qui rassemblera les meilleurs athlètes de ce type d’événement à travers le monde.

Un homme pose avec une pièce dans la main.

Le Gatinois Éric Deshaies avec son "Golden Ticket".

Photo : Gracieuseté/Marline Côté, Harricana

En prévision de ce nouveau défi, Éric Deshaies ne veut pas se donner d’objectif précis, souhaitant surtout aller au bout de sa propre limite personnelle.

Mon but sera de le finir quand je n’arriverai pas à terminer une boucle dans le temps donné et non pas parce que je décide d’arrêter , confie-t-il, précisant que sa participation demeure quand même toujours incertaine en raison du contexte sanitaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !