•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvel espoir pour sauver l'église Saint-Charles-de-Limoilou

L'église Saint-Charles-de-Limoilou figure parmi les bâtiments religieux à valeur patrimoniale exceptionnelle sur le territoire de la ville de Québec.

L'église Saint-Charles-de-Limoilou fait face à la 5e rue, dans Limoilou.

L'église Saint-Charles-de-Limoilou fait face à la 5e rue, dans Limoilou.

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Des travaux estimés à 2,3 millions $ sont en préparation à l'église Saint-Charles-de-Limoilou, fermée au culte depuis 2012. Si tout va comme prévu, la façade et les clochers seront rénovés au printemps 2022. Mais Machine de Cirque, actuel locataire du bâtiment, doit d'abord trouver 120 000 $ pour compléter le financement.

Ce développement fait suite à une entente intervenue entre Machine de Cirque et la paroisse Saint-François-de-Laval, propriétaire des lieux, en novembre 2020. D'une durée de trois ans, le partenariat est assorti d'une option d'achat du bâtiment par Machine de Cirque.

Dans la foulée, les deux parties ont déposé un projet conjoint à la Ville de Québec dans le but d'obtenir du financement pour la réfection de la structure, laquelle a besoin d'importants travaux.

Ce financement, de 2,3 millions $, a été officiellement accordé la semaine dernière, ont annoncé mercredi la paroisse et Machine de Cirque. L'argent provient de l'Entente de développement culturel entre la Ville et le ministère québécois de la Culture.

L'église Saint-Charles-de-Limoilou

L'église Saint-Charles-de-Limoilou est fermée au culte depuis 2012 et n'était pas occupée depuis.

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Campagne de financement

Les fonds octroyés à travers l'Entente de développement culturel vont couvrir 95 % de la facture. Les 5 % restants doivent provenir de revenus autonomes, explique Vincent Dubé, directeur général de Machine de Cirque.

Une campagne de financement sera donc lancée dans les prochains mois afin de compléter le budget pour cette première étape de réfection. En entrevue à Radio-Canada, M. Dubé évoque des activités qu'on va dévoiler cet automne et qui serviront à amasser la cagnotte de 120 000 $.

Vincent Dubé, le directeur général de Machine de Cirque, à l'intérieur de l'église Saint-Charles-de-Limoilou.

Vincent Dubé, directeur général de Machine de Cirque.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Le succès de la campagne est donc crucial, puisqu'elle permettra de débloquer le financement public obtenu. Machine de Cirque compte sur l'appui de la communauté et a bon espoir d'y parvenir, d'autant plus que son intention est de s'installer dans l'église à long terme. Je n'ai pas vraiment de doutes qu'on va réussir à aller de l'avant, lance M. Dubé avec aplomb.

On ne s'afficherait pas si on n'avait pas un minimum de confiance qu'on est capables de livrer au moins cette première étape-là.

Une citation de :Vincent Dubé, directeur général, Machine de Cirque

Positivisme

Le sentiment est également positif à la paroisse Saint-François-de-Laval, qui souhaitait se départir du bâtiment depuis déjà quelques années. Sa directrice générale, Diane Dupuis, juge les intentions de Machine de Cirque de très sérieuses et croit que l'organisation a les reins solides pour accomplir cette mission.

Mme Dupuis croit que le projet actuellement mis de l'avant, qui doit comporter un volet communautaire et offrir un accès aux résidents du quartier, répond aux critères que s'était fixés la paroisse.

Elle est aussi enthousiasmée par les investissements déjà réalisés par Machine de Cirque à l'intérieur de l'église patrimoniale. Selon Vincent Dubé, quelques dizaines de milliers de dollars ont été injectés en nettoyage et pour adapter les lieux aux entraînements de cirque.

Depuis la fermeture de l'église au culte en 2012, aucuns travaux majeurs n'avaient été réalisés. La paroisse avait assuré un entretien minimum et maintenu le chauffage, qui représentent tout de même des frais de 80 000 à 100 000 $ par année.

L'église Saint-Charles-de-Limoilou

La façade et les clochers seront rénovés pour cette première phase de travaux.

Photo : Radio-Canada / Maxime Corneau

Piteux état

L'église Saint-Charles-de-Limoilou, construite en 1917, possède une valeur patrimoniale exceptionnelle, selon l'inventaire du patrimoine bâti de la Ville de Québec. Elle fait partie des huit églises à conserver sur le territoire de la capitale.

Les travaux nécessaires pour la retaper sont majeurs. Les besoins sont évalués à 7,4 millions $, selon la dernière estimation du diocèse de Québec. Raison pour laquelle Machine de Cirque voit la situation par étape, souligne Vincent Dubé. Il est très temps que ces travaux-là arrivent. Pour la toiture et les fenêtres, prochains éléments à rénover, il faudra réaliser une nouvelle demande de financement.

Des planches sont accotées sur les colonnes de l'église.

L'intérieur de l'église Saint-Charles-de-Limoilou avant l'arrivée de Machine de Cirque.

Photo : Radio-Canada / Kassandra Nadeau-Lamarche

Et c'est sans compter qu'il faudra continuer de revaloriser l'intérieur. À son arrivée dans le bâtiment en décembre, il se souvient du piteux état du sous-sol. Seulement qu'en mouches mortes, on a sorti deux sacs pleins, raconte Vincent Dubé.

Sans l'aide d'artisans du cirque, qui ont offert du temps bénévolement et qui avaient besoin d'un endroit pour continuer leur entraînement durant la pandémie, la facture du nettoyage aurait pu être encore plus élevée. Ça nous a couté beaucoup moins cher.

L'état de l'infrastructure ne décourage pas Machine de Cirque outre mesure, dont l'objectif est toujours d'acheter le bâtiment pour le pérenniser. L'organisation a jusqu'en 2023 pour s'y préparer. On est en train de faire notre plan d'affaires et nos études de marché.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !