•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déception face à la prolongation de l’interdiction des vols venant d’Inde

Une famille indienne souriante.

Suruchi Jaitley doit s'occuper seule de ses enfants depuis plusieurs mois, en l'absence de son mari coincé en Inde.

Photo : Gracieuseté de Suruchi Jaitley

Radio-Canada

Des familles de Calgary devront attendre encore un mois avant de savoir si elles pourront revoir leurs proches coincés en Inde.

Si le gouvernement canadien a annoncé une réouverture progressive des frontières aux visiteurs, ces allégements ne s’appliquent pas à ce pays.

L’interdiction de vols directs entre le Canada et l’Inde a été prolongée jusqu’au 21 août.

Cette interdiction avait été mise en place en avril, après une flambée des cas de COVID-19 dans ce pays asiatique.

Aucune solution pour les familles séparées

Malheureusement pour la Calgarienne Suruchi Jaitley, son mari, Divesh, est parti en Inde juste avant la mise en place de l’interdiction, pour s’occuper d’une urgence familiale.

Cela fait près de trois mois qu’elle doit s’occuper seule de ses trois enfants et de sa mère. Les efforts de Divesh pour revenir au pays sont pour l’instant infructueux.

C’est difficile financièrement, émotionnellement, mentalement et physiquement. C’est trop. Il manque énormément à mes enfants, explique Mme Jaitley.

Le gouvernement fédéral aurait dû mieux aider ses ressortissants, selon elle. Je comprends qu’on n’autorise pas les visiteurs, mais [les autorités] auraient dû rapatrier leurs citoyens, souligne-t-elle.

Le fils du Calgarien Sanjay Sawhney est lui aussi coincé en Inde. Umang Sawhney s’y est rendu pour un mariage au début du mois d'avril, mais n’a jamais pu repartir. Depuis, son statut de résident permanent est arrivé à échéance, ce qui complique encore plus sa situation.

Il est très frustré par la situation au point où il a même des idées noires, déplore son père.

Le jeune homme devait commencer l’école à Vancouver, mais a dû repousser sa rentrée à février 2022.

Il y a toute une cascade de conséquences pour les gens incapables de rentrer à la maison, souligne Sanjay Sawhney.

D'après les informations de Dan McGarvey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !