•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto produira du gaz naturel grâce aux déchets de table

Une conduite de gaz naturel.

Toronto doit utiliser le gaz naturel produit afin de chauffer des édifices municipaux, notamment.

Photo : Autre banques d'images / Guy Leblanc

Radio-Canada

La Ville Reine a installé un capteur de biogaz à l'un de ses centres de compostage des matières organiques.

Cette installation au centre de gestion des déchets de Dufferin dans l'ouest de la ville produira du gaz naturel renouvelable (GNR) qui sera ajouté à l'approvisionnement du réseau existant au cours des prochaines semaines.

Le biogaz doit former 7 % du gaz naturel circulant dans les conduites.

La Ville s'attend à produire 3,3 millions de mètres cubes de gaz naturel renouvelable par année.

Le projet, réalisé en partenariat avec le distributeur Enbridge, accuse toutefois plus d'un an de retard sur l'échéancier initial.

Le gaz naturel sera utilisé pour chauffer des édifices municipaux, notamment, mais pas avant 2022, parce que les autorités veulent d'abord s'assurer d'une production stable.

La Ville a pour objectif de réduire ainsi sa consommation de gaz naturel, tout en recyclant le biogaz généré lors de la décomposition des restes de table liés au programme des bacs verts.

En captant le biogaz plutôt que le brûler, ces installations réduiront les émissions de carbone dans l'atmosphère de 9000 tonnes par année, indique un communiqué de la Ville.

Ce projet représente une façon pour la Ville d'avoir du carburant à faible teneur en carbone, note le maire John Tory, et jouera un rôle important pour nous aider à atteindre notre objectif TransformTO d'être carboneutre d'ici 2050 ou avant.

La Ville compte aussi installer un capteur de biogaz à son centre de tri des déchets Disco Road, notamment. Toutefois, le projet ne sera pas terminé avant la fin de 2023, selon les autorités municipales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !