•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande se redresse pour la rentrée à l’Université de l’Ontario français

Affiche près d'un immeuble sur lequel on peut lire UOF, Université de l'Ontario français.

La rentrée de l'UOF est toujours prévue pour septembre 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans sa première entrevue depuis qu'il a été nommé recteur de l’Université de l’Ontario français (UOF), Pierre Ouellette a identifié sa priorité comme étant le recrutement d'étudiants.

En entrevue à l’émission Les matins d’ici, M. Ouellette a confirmé que le nombre de demandes continuait de croître.

En janvier, le nouvel établissement d’éducation postsecondaire avait reçu seulement 19 demandes d’admission. L’Université avait aussi reçu une vingtaine de demandes d’admission supplémentaires provenant de l’étranger ou d’adultes qui envisageaient un retour aux études, portant à 39 le nombre de demandes totales reçues.

Dans une précédente version de ce texte, il était indiqué que l’UOF s’apprête à accueillir 200 étudiantes et d’étudiants pour la rentrée 2021-2022. Il s'agit d'une erreur. L'UOF s’apprête plutôt à accueillir une centaine d’étudiantes et d’étudiants pour la rentrée 2021-2022.

Voilà que l’UOF est dans la bonne voie pour dépasser son objectif d’accueillir une centaine d'étudiants pour sa première rentrée, prévue pour le 7 septembre 2021. En date du 20 juillet, l’établissement compte 440 demandes d’admission.

On est confiants qu'on va commencer l'année scolaire avec une centaine d'étudiants dans nos programmes complets de baccalauréat spécialisé – on en a quatre, a ajouté le recteur entré en poste le 7 juillet. Et possiblement, nous aurons aussi plusieurs dizaines de personnes dans nos microprogrammes. C’est vraiment le jour et la nuit, le résultat d'un beau travail d'équipe.

Lancer une université, ce n’est pas une petite entreprise. Il y a beaucoup de travail et il faut être patient, ça prend une période de démarrage. On doit s'attendre à ça avec toutes les universités.

Une citation de :Pierre Ouellette, recteur, Université de l'Ontario français
Portrait de l'homme devant un mur de briques rouges.

Pierre Ouellette est devenu recteur de l'Université de l'Ontario français (UOF) le 7 juillet 2021.

Photo : Université de l'Ontario français

Il est important de noter que le nombre de demandes d’admission n’est pas nécessairement équivalent au nombre d’étudiants qui vont fréquenter l’établissement à la rentrée, précise Claire Francoeur, porte-parole de l’UOF.

Les 440 demandes d’admission doivent être étudiées et l’administration doit s’assurer qu’elles sont conformes aux programmes et que les étudiants respectent les exigences, soutient-elle. En date du 20 juillet 2021, 70 % des demandes d’admission ont été acceptées par l’UOF, soit 327 demandes.

L’établissement précise également que, de ce nombre, certains étudiants auront fait une demande dans plus d’un programme, ce qui changera à nouveau le nombre d’inscriptions. Une centaine d’étudiants ont dit avoir accepté l’offre et doivent maintenant s’inscrire officiellement.

La période d’inscription de l’UOF est en cours, soit du 1er juillet au 1er septembre 2021.

On a l’occasion d'avoir un financement de démarrage. Ça nous donne l'occasion de faire les choses correctement, a souligné M. Ouellette. J’ai déjà travaillé dans d'autres milieux universitaires, dans le Nord de l’Ontario. Offrir des programmes en français en Ontario, c’est plus compliqué. Ça veut dire de plus petits groupes, assurément, ça veut dire des coûts supérieurs. Il y a une réflexion à faire autour de cette question-là.

À l’UOF, les cours seront offerts en comodalité, c'est-à-dire en virtuel et en présentiel.

Natif de Harty, près de Kapuskasing, Pierre Ouellette était devenu chef du service français de Radio-Canada en Ontario en 2016.

L'historien de formation a déjà occupé le poste de recteur à l'Université de Hearst, dans le Nord de l'Ontario, où il a aussi été notamment professeur d'histoire et de sociologie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !