•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 36 M$ pour les ports de pêche de l'Est-du-Québec

Des bateaux de pêche remplis de casiers accostés au port de Matane.

Les investissements d'Ottawa permettront la construction d'un abri pour des réservoirs d'huiles usées au port de Matane (archives).

Photo : Radio-Canada / Joane Bérubé

Ottawa investit 36,6 millions de dollars dans l'entretien des ports pour petits bateaux de l'Est-du-Québec.

La ministre du Revenu national et députée de Gaspésie–Les Îles-de-la-Madeleine, Diane Lebouthillier, en a fait l'annonce mardi matin à Newport.

En Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent, les investissements provenant du Programme des ports pour petits bateaux de Pêches et Océans Canada totalisent plus de 18 millions de dollars. Ils permettront des travaux de reconstruction et de réparation dans six ports.

Travaux financés par Ottawa en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent

  • Port de Newport : début de la première phase de reconstruction du port
  • Port de Saint-Godefroi : reconstruction d’une station de chargement, réfection de la rampe de mise à l’eau et réalisation des travaux de dragage dans la zone d’exclusion et dans d’autres secteurs du havre
  • Port de Paspébiac : relocalisation et reconstruction de la rampe de mise à l’eau et dragage du bassin dans le secteur de la rampe
  • Port de Grande-Rivière : réparation et amélioration du système de défense des quais du havre afin de s’adapter aux dimensions grandissantes de la flotte de pêcheurs côtiers et hauturiers
  • Port de Cloridorme : installation d’un système de protection cathodique et travaux de peinture pour ralentir le processus de corrosion
  • Port de Matane : construction d’un abri pour des réservoirs d’huiles usées

    Source : Pêches et Océans Canada

Aux Îles-de-la-Madeleine, les ports de l'île d'Entrée, de Grande-Entrée, de Havre-Aubert, de Millerand, de Cap-aux-Meules et de Pointe-aux-Loups se partageront 8 millions de dollars

De son côté, la Côte-Nord reçoit 9 millions de dollars pour les ports de Blanc-Sablon, des Escoumins, de Sept-Îles et de Rivière-au-Tonnerre.

Les sommes qui seront investies dans chacun des ports n'ont cependant pas été dévoilées par le gouvernement fédéral, dans le but de ne pas nuire aux appels d'offres selon Mme Lebouthillier.

Ottawa n'a pas non plus précisé la nature des travaux pour les ports madelinots et nord-côtiers.

Diane Lebouthillier sourit les pouces en l'air entourée de divers intervenants.

La députée Diane Lebouthillier a annoncé l'octroi de 36,6 millions de dollars pour les ports de pêche du Québec entourée de représentants d'administrations portuaires.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Les travaux qui seront réalisés permettront non seulement de renouveler et d’entretenir les infrastructures essentielles pour la région, mais aussi de stimuler les possibilités d’emploi qui profiteront aux pêcheurs et aux collectivités locales, affirme la députée et ministre Diane Lebouthillier.

On voit toutes les entreprises de transformation et de construction navale qui s’installent autour de ces ports pour petits bateaux.

Une citation de :Diane Lebouthillier, député de Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine

Le représentant provincial des associations portuaires applaudit cette aide financière de Pêches et Océans Canada.

Il y a cinq ou six ans, l’argent versé pour l’entretien moyen des ports canadiens était de 35 millions de dollars annuellement. Là, on est rendu à 300 millions [NDLR sur deux ans au pays], note Gaston Bourdages. Cela est dû au travail de labeur des associations portuaires pour convaincre les ministères d’investir dans les équipements de pêche.

Un investissement de 550 000 $ est aussi prévu pour inspecter les ports québécois jugés « non essentiels » et remédier à certains problèmes de sécurité. Il s'agit des ports dont le gouvernement fédéral souhaite se départir en raison d'une faible activité commerciale.

Déception à Grande-Rivière

Bien que le port de Grande-Rivière fasse partie des infrastructures qui recevront des sommes d’Ottawa, les fonds ne sont pas destinés au projet de mise à niveau du parc d’hivernage des bateaux, ce qui déçoit grandement le maire Gino Cyr.

L’aménagement d’une aire d’hivernage pour les bateaux avec services, caméras de surveillance, électricité, clôtures, pour des bateaux de moins de 15 mètres est évalué à 2,2 millions de dollars. Le projet inclut l’achat d’une grue-portique d’une capacité de levage de 60 tonnes ainsi que la construction d’une rampe pour les bateaux.

Le gouvernement fédéral a refusé de financer le projet à travers le Fonds des pêches, le jugeant inadmissible, alors que Québec était prêt à faire preuve de souplesse en mars.

Au printemps, la ministre fédérale des Pêches, Bernadette Jordan a redirigé la Ville de Grande-Rivière vers le Programme de ports pour petits bateaux, pour l’obtention de financement. Mardi matin, la députée Diane Lebouthillier a toutefois indiqué que la majeure partie des coûts du projet de plus de deux millions de dollars n'était pas admissible à ce programme.

Le Programme des ports pour petits bateaux s’occupe de l’aspect portuaire et des cales de halage, a indiqué Mme Lebouthillier. La grue-portique, c’est un champ de compétence qui relève du provincial. C'est important de respecter les compétences de chacun.

Aujourd’hui, le fédéral a garroché la balle au provincial!

Une citation de :Gino Cyr, maire de Grande-Rivière

Le maire de Grande-Rivière, Gino Cyr, dénonce la situation et l’absence de programme gouvernemental pour financer le projet de 2,2 millions de dollars attendu depuis 2017.

J’ai perdu six mois d’attente, on est revenu à la case de départ, lance M. Cyr. On s’attendait aujourd’hui à un investissement d’au moins 1,4 million pour attacher la structure de financement. Finalement, selon la réponse de Mme Lebouthillier, le montant admissible serait seulement de 263 000 $.

Gino Cyr, maire de Grande-Rivière

Le maire de Grande-Rivière, Gino Cyr, se désole que le projet de mise à niveau du parc d'hivernage des bateaux ne soit admissible à aucun programme gouvernemental (archives).

Photo : Radio-Canada

Gino Cyr estime que l'adoption d'un décret du gouvernement provincial est peut-être l'ultime solution pour financer la mise à niveau du parc d'hivernage. L'achat d'une grue-portique de trois millions de dollars au quai de Cap-aux-Meules a été financé de cette façon en 2018, sous le gouvernement de Philippe Couillard.

Avec la collaboration de Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !