•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Colombie-Britannique déclare l’état d’urgence en raison des feux de forêt

Plus de 350 membres des Forces armées canadiennes sont déployés dans la province.

Un avion-citerne vole à proximité d'un immense nuage de fumée.

L’état d’urgence prend effet à minuit, mardi soir.

Photo : Offerte par Jill Bromley

Menacée par d’importants feux de forêt, la Colombie-Britannique déclare l’état d’urgence. « Nous avons atteint un point critique », annonce le ministre de la Sécurité publique de la Colombie-Britannique, Mike Farnworth.

La mesure permet d’envisager le scénario possible d’une évacuation massive et fournira au gouvernement les moyens d'assurer l'hébergement pour les personnes évacuées, précise le ministre.

La décision a été prise en conformité avec l’avis du service d’urgence de la province, Emergency BC, et du service de lutte contre les incendies, BC Wildfire, souligne le ministre. L’état d’urgence prend effet à minuit, mardi soir.

Les experts craignent que des conditions météorologiques difficiles n'exacerbent la situation au cours des prochains jours. Des températures élevées et sèches augmentent le risque de foudre, à l'origine de la majorité des feux actifs dans la province.

Mardi, les services de BC Wildfire ont d'ailleurs émis des avertissements de vents pour les régions de l'Intérieur et du sud-est de la province. Les vents risquent de souffler jusqu'à jeudi.

Un feu menace des maisons près d'Inkaneep Creek.

Les pompiers tentent de maîtriser un feu qui s’est déclaré près d'Inkaneep Creek.

Photo : Offerte par James Moore

Déploiement de l’armée canadienne

Ottawa annonce au même moment l'envoi de 350 membres des Forces armées canadiennes « en réponse à une demande d’aide », indique le ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Ces derniers aideront à éteindre les points chauds dans les incendies maîtrisés et à surveiller la situation, note-t-il dans un gazouillis.

Au début du mois de juillet, des ressources des Forces armées canadiennes ont déjà été déployées dans la province, notamment afin d’assurer le transport aérien du personnel, des fournitures et de l'équipement vers et hors des zones touchées par les incendies.

Un panache de fumée sort d'une forêt à côté d'un lac.

Des 292 incendies actifs dans la province, la forte majorité a été déclenchée par la foudre.

Photo : BC Wildfire

De nombreuses voix s’élevaient pour la mise en place d’un état d’urgence

Plus tôt dans la journée, la Municipalité de Williams Lake ajoutait sa voix à celles d'autres communautés qui réclamaient un état d’urgence.

La mesure donne à la province des pouvoirs immédiats pour faire bouger les choses, ce qui atténue les problèmes de sécurité et les dommages possibles aux propriétés dans les différentes régions, disait le maire Walt Cobb.

Williams Lake a été durement touché par les feux de 2017, a-t-il rappelé. Nous savons qu'il est essentiel de disposer de ressources rapidement, plutôt qu'en quelques jours.

Sa demande faisait suite à celles, formulées la semaine dernière, du district régional de Cariboo, du district de 100 Mile House et du district régional de Thompson Nicola.

De nouveaux ordres d'évacuation

Si leur nombre diminue, l'intensité des feux de forêt augmente dans l'intérieur de la province.

Mardi, de nouveaux ordres d'évacuation ont été lancés dans le district régional d'Okanagan-Similkameen, l'ensemble de la communauté autochtone d'Osoyoos étant contrainte d'être évacuée.

La Gendarmerie royale du Canada et des équipes de recherches et sauvetage tentent d'aider la population à se déplacer rapidement.

La ville de Sicamous, au sein du district régional de Columbia-Shuswap, fait elle aussi l'objet d'un ordre d'évacuation. Environ 300 propriétés et 1000 personnes sont concernées.

Le feu Nk'Mip, qui est passé de 7 à 11 kilomètres carrés en quelques heures, est en proie à de forts vents, prévient également le représentant de BC Wildfire, Cliff Chapman.

Tous les Britanno-Colombiens devraient avoir un plan d’évacuation en place, rappelle le ministre Farnworth.

Si vous êtes sous un ordre d’évacuation, vous êtes en danger, ajoute pour sa part Pader Brach, d’Emergency BC.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !