•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Débrayage à la Coopérative funéraire des Deux Rives

Des employés font du piquetage devant les bureaux du secteur Vanier.

Les employés de la Coopérative funéraire des Deux Rives sont en grève.

Photo : Radio-Canada / Olivier Bouchard

Les employés de la Coopérative funéraire des Deux Rives mettent leur menace à exécution et déclenchent une grève de 48 heures. Des syndiqués font du piquetage depuis 7 h 30 mardi devant les bureaux de la rue Godin, dans le secteur Vanier.

Les quelque cent travailleurs sont sans convention collective depuis plus d'un an et les négociations des derniers jours n'ont pas permis de progrès significatif. Le syndicat reproche à la direction de vouloir imposer des reculs importants à ses membres.

On avait des points très litigieux à corriger avec eux et vraiment, il n'y a aucune ouverture. C'est vraiment le constat qu'on a fait hier. On avait de grandes attentes. On espérait vraiment que ça reparte du bon pied, mais on continue d'être fermé, affirme la présidente du syndicat, Catherine Caron.

À la fin du mois de juin, les travailleurs ont voté à 98 pour cent en faveur de 5 jours de grève.

Les activités de neuf salons funéraires de Québec et de Chaudière-Appalaches seront donc perturbées dans les deux prochains jours.

Leurs demandes

Les employés syndiqués souhaitent une amélioration rapide des conditions de travail et de l’échelle salariale.

Les demandes normatives incluent une amélioration des horaires, une bonification des vacances ainsi qu’une meilleure gestion de la garde cellulaire.

Concernant les salaires, le syndicat affirme, après consultation auprès d’autres coopératives funéraires, avoir déterminé qu’un rattrapage important est de mise.

Une nouvelle rencontre de conciliation entre les deux parties doit avoir lieu mercredi au ministère du Travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !