•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

90 nouveaux logements « abordables » et locatifs entre 1385 et 1485 $ à Charlottetown

Un immeuble d'habitation de quatre étage.

Le premier immeuble du complexe d'Ironwood Estates sera prêt le 1er août.

Photo : CBC / Nicola MacLeod

Radio-Canada

Ottawa a prêté 19,2 M $ pour des logements abordables et locatifs à Charlottetown. Un total de 90 nouvelles unités seront disponibles. Le loyer, qui varie entre 1385 et 1485 dollars, fait toutefois sourciller un militant en logement abordable de la province.

Le premier immeuble du complexe d'Ironwood Estate, situé sur la route de Kensington près de l’Hippodrome et Casino Red Shores, vise à accueillir des locataires dès le 1er août dans 30 unités.

Deux autres immeubles avoisinants, totalisant 60 logements, doivent voir le jour en 2022.

Le gouvernement fédéral a accordé une somme de 19,2 millions de dollars à la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) dans le cadre de l’Initiative de financement de la construction de logements locatifs pour que ce complexe voit le jour.

Le promoteur immobilier Paul Livingston, le député de Charlottetown Sean Casey, et le ministre du Développement social Ahmed Hussen en conférence Zoom.

Le promoteur immobilier Paul Livingston, en haut à gauche, le député de Charlottetown Sean Casey, en haut à droite, et le ministre du Développement social Ahmed Hussen ont fait l'annonce par le biais de Zoom.

Photo : CBC

Les unités d’habitation ont une surface d’environ 1000 pieds carrés et chacun des trois bâtiments comprendra une salle commune. L’un d’eux aura également une salle de sport.

La plupart des logements ont deux chambres, et le loyer varie entre 1385 et 1485 dollars par mois. Le chauffage, la climatisation et les services sont inclus.

Le député libéral de Charlottetown, Sean Casey, soutient que ces logements sont admissibles à titre de logements abordables en vertu des lignes directrices de la SCHL, car les loyers mensuels sont inférieurs à 30 % du revenu moyen des résidents de Charlottetown.

Selon le promoteur immobilier Paul Livingston, les loyers de ces unités sont 20 % moins chers qu’ailleurs dans la capitale, et sont obligés de demeurer abordables pendant 10 ans.

Les 30 premières unités sont déjà louées.

Le prix des unités contesté

Le coordonnateur pour le groupe PEI Fight for Affordable Housing,Connor Kelly, se bat depuis des années pour aider les locataires dans le besoin.

Avec les loyers de 1385 et 1485 dollars, Connor Kelly et les membres de son groupe ne considèrent pas que ces logements sont accessibles aux personnes payées au salaire minimum.

Ce n’est pas du tout des logements abordables. C’est à se demander comment des personnes peuvent se sentir à l’aise d’annoncer cela, déclare Connor Kelly.

Continuer de donner de l’argent public à des promoteurs immobiliers privés ne va pas résoudre la crise immobilière.

Une citation de :Connor Kelly, Coordinateur pour le groupe PEI Fight for Affordable Housing

En réalité, ils proposent des logements abordables aux personnes qui peuvent payer les taux du marché immobilier, avance-t-il. Ainsi, le marché immobilier n’a pas besoin de se refroidir comme il le devrait pour être abordable.

Les lignes directrices de la SCHL indiquent que le montant du loyer mensuel doit être inférieur à 30 % du revenu avant impôt d’un individu pour être considéré comme étant abordable.

Le groupe PEI Fight for Affordable Housing allègue pour sa part qu’il devrait être inférieur à 25 % du revenu du citoyen.

Connor Kelly est assis. Il est équipé d'écouteurs et il regarde le caméra de son ordinateur.

Connor Kelly croit qu’il faut traiter le logement comme un droit humain et non comme une valeur marchande.

Photo : Julien Lecacheur

Selon Connor Kelly, le terme logement abordable est subjectif, et peut avoir des répercussions néfastes sur le marché immobilier s’il est mal utilisé.

Cela change les attentes des gens en matière d’abordabilité, à tel point qu’on peut finir par penser qu’un loyer de 1385 dollars par mois à Charlottetown c’est abordable, mais, concrètement, représente annuellement au prix d’une hypothèque pour une maison. Donc non, ce n’est pas vraiment abordable, ajoute Connor Kelly.

Selon le groupe PEI Fight for Affordable Housing, la meilleure solution demeure les logements publics subventionnés.

Avec les informations de Kevin Yarr de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !