•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La météo cause des dégâts et des pannes de courant au Témiscamingue

Des poteaux électrique tombés sur le sol près d'un champ.

Plusieurs clients sont touchés par des pannes d'électricité.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Radio-Canada

Un peu plus de 1200 clients d'Hydro-Québec sont toujours privés de courant au Témiscamingue ce mardi, au lendemain d'orages violents.

Selon CKVM, les forts vents ont brisé une dizaine de poteaux d'Hydro-Québec sur la route 382 entre Laverlochère et Fugèreville. Une pluie intense, de la grêle et des vents violents se sont enchaînés vers 18 h 30.

Les clients touchés par les pannes sont concentrés dans le secteur de Laverlochère-Angliers, Belleterre, Fugèreville, Latulipe-et-Gaboury ainsi que Moffet.

Une grange affaissée après une tempête.

La pluie, la grêle et les forts vents ont fait des dommages matériels seulement.

Photo : gracieuseté Yves Grafteaux

Hydro-Québec recense six pannes de courant différentes. La situation, c'est vraiment plusieurs poteaux au sol, ce qui va demander beaucoup de temps aux équipes pour ramener le tout. Cinq équipes sont arrivées hier et sont allées se reposer dans la nuit et vont revenir ce matin. Dès 8 h, de nouveau, on aura cinq équipes à pied d'œuvre, indique Karine Godin, conseillère en relations avec le milieu chez Hydro-Québec.

Comme il s'agit de plusieurs pannes isolées, le retour du courant pourrait se faire progressivement selon les secteurs, échelonné environ jusqu'à 17 h.

Un poteau et des fils électriques jonchent le bord de la route.

Des dommages sur la route 382.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

Le maire de Fugèreville, André Paquet, affirme que des dégâts peuvent être constatés dans sa municipalité.

À part être privés de courant, on a des arbres qui sont tombés dans le chemin. Hier soir, notre employé municipal a fait une tournée pour les débarrasser, mais ce matin, on va continuer, indique-t-il.

Des bâtiments de ferme ont également été touchés. On m'a dit qu'il y avait une grange qui s'était affaissée, c'était un vieux bâtiment. C'est désagréable, parce qu'on est en train de perdre tous nos vieux bâtiments et ils sont encore utiles, souvent on va mettre de la machinerie à l'intérieur, se désole le maire de Fugèreville.

Des abris en bois dont détruits ou affaissés.

Des bâtiments ont été endommagés en raison de la météo.

Photo : Radio-Canada / Annie-Claude Luneau

La longue panne de courant à des impacts importants selon le maire de Laverlochère-Angliers, Daniel Barrette.

Le secteur Angliers est toujours privé de courant depuis hier soir, on a des employés qui sont là depuis 8 h hier soir et qui sont encore là ce matin, indique-t-il.

On a des pompes qui sont là pour le système d'égouts et ainsi de suite, mais il n'y a pas d'électricité, donc on est obligés de prendre des pompes à gaz. Ce matin, comme on n'a pas d'électricité à Angliers, on n'est pas capable d'avoir de l'essence, donc il faut partir avec de l'essence de Laverlochère pour faire marcher ces fameuses pompes là. Tant et aussi longtemps qu'on n'aura pas d'électricité, on a des employés qui sont en surveillance là, explique M. Barrette.

Citoyen de Laverlochère, Yves Grafteaux a vécu les événements de près. La grange de leur voisin s'est soulevée de terre. Les débris se sont un peu répandus sur notre terrain. On a été vraiment chanceux, la grange de notre voisin est tombée, il n'y avait pas d'animaux en dessous, on n'a pas eu de problème avec nos animaux à nous. On n'a vraiment aucun dégât, on a refait un peu de clôtures pour nos animaux, mais c'est pas mal ça. On est vraiment chanceux, à part les poteaux qui sont tombés, on a vraiment de la chance, ça aurait pu être bien pire, raconte-t-il.

Yves Grafteaux a constaté une belle solidarité entre voisins frappés par la tempête. Pour moi qui suis immigrant dans la région, je trouve que c'est vraiment une des grandes forces. On a eu plusieurs personnes qui nous ont appelés parmi nos amis qui sont aux alentours. Nous aussi on a pris des nouvelles de nos voisins, sachant que c'était un corridor. Je pense que c'était une mini-tornade ou quelque chose comme ça. On a pris des nouvelles des voisins et ça s'est très bien passé. Tout le monde a pris des nouvelles de tout le monde, témoigne-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !