•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accord de 1,1 milliard de dollars dans la crise des opioïdes à New York

Une seringue, des pilules et de la poudre placées aléatoirement.

Près de 500 000 personnes ont trouvé la mort lors de surdoses liées aux opioïdes aux États-Unis entre 1999 et 2019.

Photo : Shutterstock / Chirachai Phitayachamrat

Reuters

Les trois principales chaînes de pharmacies aux États-Unis ont accepté un accord visant à verser 1,1 milliard de dollars pour mettre fin à un litige avec l'État de New York et deux comtés au sujet de leur implication dans la crise des opioïdes dans le pays, a annoncé mardi la secrétaire à la Justice de l'État, Letitia James.

McKesson Corp., Cardinal Health Inc. et AmerisourceBergen Corp. ont accepté cette transaction alors que les procureurs généraux de plusieurs dizaines d'États américains devraient annoncer cette semaine un compromis au niveau national à hauteur de 26 milliards de dollars avec les distributeurs de ces médicaments, qui engendrent une dépendance, et le laboratoire Johnson & Johnson.

Près de 500 000 personnes sont mortes de surdoses liées aux opioïdes aux États-Unis entre 1999 et 2019, selon les données des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), et cette crise a semblé s'aggraver durant la pandémie de la COVID-19.

Les CDC ont indiqué la semaine dernière, en fonction de données provisoires, que 2020 avait été une année record en matière de décès dus à des surdoses de médicaments, avec un total de 93 331 morts, soit une hausse de 29 % en un an. Les opioïdes étaient présents dans quasiment trois quarts des cas, soit 69 710 décès.

La procédure judiciaire à New York va se poursuivre contre trois laboratoires accusés d'avoir commercialisé des antalgiques de façon trompeuse, soit Endo International, Teva Pharmaceutical Industries et AbbVie, filiale d'Allergan.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !