•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Marineland : des mammifères marins « en détresse », selon un organisme provincial

Un mammifère marin dans un bassin avec des spectateurs

Marineland nie que la qualité de l'eau est inférieure aux niveaux requis. (Archives)

Photo : iStock

Radio-Canada

Une inspection qui dure depuis plusieurs mois des installations de Marineland par l'organisme de protection des animaux de l'Ontario a révélé que les mammifères marins de l'attraction touristique étaient en détresse en raison d’une mauvaise qualité de l'eau, a appris La Presse canadienne.

L'inspection, lancée plus tôt cette année par les Services de protection des animaux, est toujours en cours, mais le 10 mai, les inspecteurs ont émis deux ordres au parc de Niagara Falls, en Ontario, pour qu'il répare le système de traitement de l’eau des bassins des bélugas, des dauphins, des morses, des otaries et d’un épaulard.

Marineland a fait appel de l'ordonnance le 18 mai, niant que les animaux étaient en détresse et faisant remarquer que les décès de baleines dans le parc n'étaient pas liés aux problèmes d'eau. Aucun détail au sujet des décès en question n’est inclus.

Dans une déclaration sous serment préparée pour l'appel, l'un des inspecteurs du bien-être animal a décrit les problèmes d'eau du parc.

Il a été constaté que les systèmes de survie des mammifères marins à Marineland avaient besoin d'être réparés et que certaines pièces n'avaient pas été entretenues, y écrit Alanna Goziaman.

Certains détails de l'inspection en cours étaient contenus dans des documents déposés auprès de la Commission de révision des soins aux animaux, un organisme quasi judiciaire de Tribunaux Ontario qui s'occupe des litiges et des appels dans les affaires de bien-être animal.

Mme Goziaman écrit dans l'affidavit, dont La Presse canadienne a obtenu une copie, que l'équipement de test de la qualité de l'eau dans les enclos des mammifères marins n'avait pas été calibré ou validé comme il se doit et que l'échantillonnage de la qualité de l'eau a montré des résultats qui étaient en dehors des paramètres minimums requis.

Les inspecteurs ont ordonné à Marineland de remplacer ou de réparer tous les appareils de mesure, jauges, capteurs et panneaux cassés, inopérants et/ou défectueux des systèmes de survie des mammifères marins.

La direction a reçu l'ordre de respecter les paramètres de qualité de l'eau d'ici le 17 mai.

Dans son appel, Marineland a déclaré que ses mammifères marins étaient tous sous soins vétérinaires.

L'une de ses vétérinaires, Sherry Davidson, a écrit à Andrew Burns, un avocat qui représente Marineland, pour lui dire que le parc n'a pas d'animaux en détresse immédiate et que les animaux soignés sont stables.

Des mesures correctives

Nous surveillons les animaux et Marineland prend des mesures correctives, a écrit Mme Davidson.

Le parc a fait valoir que les inspecteurs n'avaient pas l'expertise nécessaire pour évaluer les mammifères marins, qu'ils n'ont pas examiné les animaux et qu'ils n'avaient donc pas la compétence pour émettre les ordres.

La propriétaire de Marineland, Marie Holer, a retiré l'appel le 7 juin.

Marineland n'a pas répondu à plusieurs demandes de commentaires.

L'affidavit comprend une série d'échanges de courriels entre Me Burns et Mike Draper, un superviseur régional de l'équipe d'inspection.

Le 9 mai, Me Burns a écrit à M. Draper que Marineland n'était pas au courant des préoccupations de l’équipe d’inspection. Il a ajouté que l'examen du système d'approvisionnement en eau fait par l’organisme de surveillance, un rapport de 65 pages, nous a été activement et intentionnellement caché jusqu'au 5 mai.

Des décès de baleines

Vous savez que les inspecteurs se préoccupent spécifiquement de la qualité de l'eau depuis des mois, a écrit M. Draper à Me Burns.

Ces préoccupations ont été identifiées pour la première fois en février et une ordonnance a été émise concernant les tests de coliformes ainsi qu'une lettre de non-conformité concernant le faible pH.

Me Burns a également abordé la question de la mort des baleines dans le parc.

Il a été établi qu'aucun des décès de baleines n'était lié de quelque façon que ce soit à un problème d'eau, a écrit Me Burns à M. Draper. C'est un fait sans équivoque. Chaque mort a fait l'objet d'un examen médical approfondi et d'une nécropsie complète, comme l'exige la loi.

Marineland n'a pas précisé dans les documents combien de baleines sont mortes. La province et Marineland n'ont pas répondu aux questions concernant les décès.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !