•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fouilles à venir sur un ancien pensionnat pour Autochtones en Ontario

Mark Hill.

Mark Hill, chef élu des Six Nations de la rivière Grand, affirme que les recherches souterraines à l'ancien pensionnat Mohawk Institute de Brantford, en Ontario, doivent commencer dès que possible.

Photo : CBC/Bobby Hristova

Radio-Canada

Le chef élu des Six Nations de la rivière Grand a déclaré que les plans d'une recherche de sépultures dans l'ancien pensionnat du Mohawk Institute, situé à Brantford en Ontario, seront annoncés dans les prochains jours.

Ce sera le début d'un voyage solennel dans l'espoir de récupérer tous nos enfants, a déclaré Mark Hill lundi après-midi.

Nous espérons commencer les recherches dès que possible. Nous devons tous les trouver, a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse, avec plus de 100 chaussures et jouets étalés derrière lui sur les escaliers de l'ancien pensionnat.

Des promesses de fonds publics

L'initiative de recherches d'éventuelles tombes anonymes sera dirigée par des survivants, alors qu'un groupe est en cours de formation pour déterminer comment fouiller les lieux.

Selon lui, des travaux sont en cours pour obtenir un financement des gouvernements fédéral et provincial, et la demande initiale était de 10 millions de dollars.

Une série de fouilles est en marche à travers les anciens pensionnats au Canada depuis le mois de mai, dans la foulée de la découverte de lieux de sépulture à Kamloops, en Colombie-Britannique. La Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc a déclaré que les résultats préliminaires d'une étude du site par radar à pénétration de sol, combinés aux connaissances antérieures et à l'histoire orale, indiquaient que 215 enfants avaient été enterrés sur l'emplacement.

Depuis, plusieurs autres lieux de sépultures ont été découverts.

John Elliott, 84 ans, a déclaré qu'il avait 10 ans lorsqu'il est entré au pensionnat du Mohawk Institute.

Il était connu sous le nom de n° 72.

Le premier jour où ils nous ont amenés ici, nous nous sommes enfuis, moi et mon frère, s'est-il rappelé.

Un homme âgé.

John Elliott a indiqué qu'il avait intégré le Mohawk Institute avec son frère, de 1946 à 1952.

Photo : CBC/Bobby Hristova

Chaque Noël, lui et son frère rentraient chez eux aux Six Nations.

Pour lui, fouiller le terrain est une excellente idée.

Je pense qu'il y a quelques garçons par ici.

Une citation de :John Elliott, survivant du Mohawk Institute

Le Mohawk Institute a ouvert ses portes en 1828 en tant qu'école de jour pour les garçons de la réserve avant de commencer à accepter des pensionnaires et des filles en 1834.

L'école a fermé en 1970, ce qui en fait l'un des pensionnats qui ont été le plus longtemps en activité au Canada.

L'intention était de nous changer, de faire de nous quelqu'un d'autre que ce que nous sommes, a déclaré Mark Hill.

Une recherche nécessaire

Deux ans plus tard, le Woodland Cultural Center a ouvert ses portes dans le bâtiment de l'école. Il sert de musée et fournit une éducation sur l'histoire du Mohawk Institute.

Dawn et Roberta Hill, des sœurs qui ont survécu, ont participé à la planification des recherches sur le terrain.

Elles espèrent que rien ne sera trouvé, mais pensent toujours que la recherche est nécessaire.

Roberta s'est dite optimiste, mais souhaite que les recherches se concrétisent.

Tant que nous n'avons pas de chèque en main, je ne fais confiance à personne, a-t-elle déclaré.

Mais je pense que ça ferait mauvais genre s'ils [les gouvernements] se retiraient. Toute la communauté veut que cela soit fait.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !