•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Mon petit frère de 4 ans est mort ici », affirme une survivante de Delmas

Deux personnes se font un câlin.

Le pensionnat de Delmas, également appelé pensionnat pour Autochtones de Saint-Henri ou de Thunderchild, a été en service de 1901 à 1948.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Patterson

Radio-Canada

De nombreuses familles se sont recueillies, samedi, près de l’ancien pensionnat pour Autochtones de Delmas, au nord-ouest de North Battleford, après le début des recherches par géoradar.

AVERTISSEMENT : cet article contient des détails et des informations que certains lecteurs pourraient trouver choquants.

Pour certains, ce rassemblement a fait remonter à la surface de tristes souvenirs autour du pensionnat.

À 79 ans, Jenny Spyglass se souvient d’avoir fréquenté l’ancien pensionnat pour Autochtones dès 1944 avec ses frères et sœurs.

Mon petit frère est mort ici. Il n'avait que 4 ans.

Une citation de :Jenny Spyglass, une survivante de l'ancien pensionnat pour Autochtones de Delmas

Ils l'ont fait mourir de faim. Quand ils mettent de la nourriture pour toi sur la table, si tu n'aimes pas, tu vas mourir de faim, a-t-elle ajouté.

Mme Spyglass était séparée d'eux tout le temps. Elle a raconté un événement qui s'est déroulé à l'église.

Les petites filles étaient assises d'un côté, les petits garçons de l'autre. Je n'ai jamais vu mes frères ou mes soeurs. J'étais tenue à l'écart d'eux. Je me souviens qu'un jour, tout le monde se dirigeait vers sa place. Je me souviens de mes frères Martin et Reggie, celui qui est décédé ici. Ils étaient en face. Personne n'allait m'arrêter. J'ai traversé en courant, j'ai couru vers mes frères, je les ai serrés tous les deux dans mes bras. Juste pour avoir fait un câlin à mes frères, ils m'ont mis dans une cave. Ils m'ont enfermée. Je ne savais pas si j'allais sortir, a-t-elle évoqué.

Des souvenirs gravés

Mary Bernadette Fineday, dont la mère a fréquenté un pensionnat, se considère chanceuse de n’être pas allée à l’ancien pensionnat de Delmas. Elle avait 4 ans quand le bâtiment a brûlé en 1948.

Elle aura cependant toujours des souvenirs gravés dans sa mémoire, puisqu’elle habitait non loin.

Une photo d'époque.  Quelques enfants et deux adultes se trouvent devant le pensionnat Thunderchild, l'été.

Le pensionnat Thunderchild a été exploité de 1901 à 1948 près de Delmas, en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada / Archives provinciales de la Saskatchewan

Elle se souvient des filles qu'elle voyait marcher dehors deux par deux. Elle se rappelle des tenues qu'elles portaient, une jupe bleue ou noire, une chemise blanche et surtout, les cheveux coupés très courts. Je pense souvent à ces jeunes filles. Je me demande ce qu'elles ont vécu dans les anciens pensionnats pour Autochtones, a-t-elle déclaré.

Les fillettes interdites de jouer

La cheffe de la Première Nation Sweetgrass, Lori Whitecalf, se souvient, quant à elle, de membres de sa famille qui ont fréquenté les établissements de Delmas et d'Onion Lake.

Des familles et survivants discutent devant l'ancien pensionnat pour Autochtones.

Selon la Commission de vérité et réconciliation du Canada, l’ancien pensionnat pour Autochtones de Delmas était surpeuplé.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Patterson

En ayant ce triste souvenir en tête, elle regardait avec émotion des enfants jouer ensemble, samedi, lors du rassemblement.

Autrefois, l’intention du gouvernement était de ne pas autoriser les enfants autochtones à profiter de leur jeunesse, dit-elle.

Selon la Commission de vérité et réconciliation du Canada, l’ancien pensionnat pour Autochtones de Delmas était surpeuplé.

Plusieurs élèves y auraient succombé à des maladies comme la typhoïde et la tuberculose.

Le pensionnat de Delmas, également appelé pensionnat pour Autochtones de Saint-Henri ou de Thunderchild, a été en service de 1901 à 1948.

Ligne bilingue d'appui pour les survivants des pensionnats pour Autochtones : 1-866-925-4419

Avec les informations de Gregory Wilson et Karolina Rozwadowski

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !