•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nombre de noyades au Québec inquiète les sauveteurs de la Côte-Nord

Une personne qui se noie tend la main pour être secourue.

Selon la Société de sauvetage et le Centre canadien de recherche sur la prévention de la noyade, 89% des victimes de noyades dans les provinces des Maritimes sont des hommes.

Photo : iStock / Anton Sokolov

Radio-Canada

Avec la popularité des plages de la Côte-Nord cet été, les sauveteurs de la région implorent les baigneurs de rester vigilants, alors que la province connaît un début d’année meurtrier quant au nombre de noyades.

Ils souhaitent profiter de la semaine de la prévention de la noyade pour empêcher des tragédies sur les plages de la région, qui ne sont généralement pas surveillées par un sauveteur.

L’engouement des activités nautiques est bien sûr un facteur de risque selon les sauveteurs questionnés. Les grandes plages et rivières de la région offrent un accès à l’eau intéressant pour les plaisanciers.

Le port de la veste de flottaison individuelle est aussi un élément primordial pour éviter les noyades. La grande majorité des décès surviendraient lorsque la veste n'est pas portée.

Un jeune homme sur une planche à pagaie.

La planche à pagaie, le kayak et le canoë sont particulièrement populaires cette année (archives).

Photo : Radio-Canada / Kenza Chafik

Les courants, les marées, et la fraîcheur de l’eau sont tous des éléments à prendre en compte avant de s'aventurer dans un cours d'eau.

Plusieurs personnes se mettent ainsi en danger en ne connaissant pas les précautions à prendre, selon la formatrice en chef de la Ville de Sept-Îles, Guylaine Banville.

Portrait de Guylaine Banville

Selon Guylaine Banville, il est donc important de valoriser l’apprentissage de bonnes techniques de nage.

Photo : Radio-Canada / Lambert Gagné-Coulombe

En eau non surveillée, les experts conseillent de ne jamais entreprendre une activité nautique seul. La moitié des personnes qui se seraient noyées l’an dernier n’étaient pas accompagnées selon la Société de sauvetage du Québec.

Un autre facteur de risque à considérer : la consommation d’alcool et de drogue.

Ces substances peuvent ralentir les réflexes, réduire la vigilance et augmenter le risque de noyade selon les experts.

Bien apprendre à nager tôt

Une façon de prévenir la noyade, selon les intervenants du milieu, débute par des cours de natation chez les jeunes.

La pandémie pourrait avoir eu un impact sur les acquis des nageurs débutants, alors que les cours de natation ont été largement annulés durant la dernière année.

J’espère vraiment qu’on va réussir à sensibiliser et prôner des comportements sécuritaires reliés à l’eau

Une citation de :Guylaine Banville

On le voit présentement avec le camp de jour, les jeunes sont beaucoup plus avec la veste de flottaison et ne réussissent pas les tests de nage. Ça doit avoir un impact, car les gens pratiquent moins la natation, remarque Guylaine Banville.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !