•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de main-d’œuvre frappe l’industrie touristique

Un cameraman au bout d'un long corridor à l'Abbaye de Sainte-Benoit-du-Lac

L'Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac a dû réduire son nombre de visites guidées cette année.

Photo : Radio-Canada / ICI Estrie/Carl Marchand

Radio-Canada

Alors que des centaines de milliers de Québécois sont en vacances, la pénurie de main-d'œuvre complique les opérations du milieu touristique de la région.

Selon Tourisme Cantons-de-l'Est , environ 50 % des entreprises dans ce secteur n’ont toujours pas réussi à combler leur besoin de main-d’œuvre. C’est le cas de l’Abbaye de Saint-Benoît-du-Lac, qui doit réduire son nombre de visites guidées cette année. Sa fromagerie a également dû cesser sa production pour deux semaines afin de donner des vacances à ses employés.

En même temps, l’Abbaye a vécu une augmentation importante de ses visiteurs, alors que leur nombre a grimpé d’environ 30 % depuis l’an dernier.

Cette année, malheureusement, on n’a pas d’étudiants, les étudiants n’étaient pas disponibles. Alors on a engagé des laïcs. Au lieu d’avoir quatre ou cinq visites guidées par jour, on a seulement deux groupes par jour. C’est sûr qu’en ayant eu plus d’étudiants, possiblement qu’on aurait pu donner plus de services, explique le père Patrick Flageole, moine et directeur de la fromagerie.

Problème accentué depuis le début de la pandémie

Le défi est aussi majeur pour PAL+ expériences touristiques, qui gère des restaurants, des hôtels, et le bateau de croisière le Grand Cru. De nombreux postes sont toujours disponibles, et l’entreprise tente de trouver des idées pour recruter. Elle offre entre autres des cartes-cadeaux pour le référencement, mais les impacts de ce manque de personnel se font sentir sur ses opérations.

Présentement, on a pu ouvrir toutes nos croisières comme prévu, mais c’est plus au niveau de la capacité, on a dû mettre certaines limitations. On a aussi des limitations au niveau des normes sanitaires, remarque Elyse L'Espérance, directrice générale adjointe et présidente de PAL+ Expériences touristiques

De notre côté, c’est vraiment la saison qu’on a eu le plus de défis au niveau du recrutement. Ça fait quelques années qu’on le vit au sein de l’industrie touristique, mais avec la pandémie, ça a accentué et accéléré l’enjeu de pénurie de main-d’œuvre.

Une citation de :Elyse L'Espérance, directrice générale adjointe et présidente de PAL+ Expériences touristiques

Dans le domaine de l’hôtellerie, la pénurie est encore plus criante, alors que plus de 80 % des entreprises recherchent toujours des employés.

Avec les informations de Marie-Hélène Rousseau 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !