•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les feux en Ontario et au Manitoba nuisent à la qualité de l'air au Québec

De la fumée se dégage d'une forêt.

Au Canada, depuis 1990, les 7300 feux de végétation, enregistrés en moyenne chaque année, ont brûlé 2,5 millions d’hectares par an.

Photo : Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Radio-Canada

Les feux de forêt en Ontario et au Manitoba occasionnent une détérioration de la qualité de l’air dans plusieurs régions du Québec, jusqu'au Lac-Saint-Jean. Mais le smog ne devrait pas durer plus de 36 heures.

Lundi en début de soirée, selon Environnement Canada, la qualité de l’air était jugée mauvaise dans une partie des Laurentides, au Lac-Saint-Jean, dans les secteurs autour de La Tuque, Vaudreuil et Huntingdon, ainsi que dans les villes de Laval, Gatineau et Shawinigan. À Montréal, un voile de pollution atténuait l'éclat du soleil.

Un peu plus tôt en journée, l'Abitibi-Témiscamingue, la Mauricie et la Capitale-Nationale faisaient aussi partie du lot.

Ces mauvaises conditions sont dues au panache de fumée qui provient des feux de forêt, dans le nord-ouest de l’Ontario et dans l'est du Manitoba, qui peuvent voyager sur des milliers de kilomètres, explique Simon Legault, météorologue à Environnement Canada.

Comme l’important panache a tendance à se déplacer vers le sud, la situation devrait s’améliorer, mardi en matinée, au nord du fleuve et se dégrader au sud.

Une citation de :Simon Legault, météorologue à Environnement Canada

Comment évaluer la qualité de l'air?

Des capteurs mesurent notamment la quantité de particules fines PM 2.5 par m3 d’air. Les particules PM 2.5 (inférieures à 2,5 microns) sont celles que l’on retrouve notamment dans la fumée. Elles sont tellement fines qu’elles peuvent pénétrer au plus profond de nos poumons, causant des réactions inflammatoires.

Si la qualité de l’air n’est pas aussi mauvaise au Québec qu’elle l’est actuellement en Alberta (la province reçoit la fumée issue des incendies en Colombie-Britannique et en Saskatchewan), M. Legault mentionne que les personnes âgées, les jeunes enfants et les personnes souffrant de maladies pulmonaires devraient prendre quelques précautions.

Il faut notamment porter attention à certains symptômes tels qu'une toux inhabituelle, une irritation de la gorge, des maux de tête ou de l'essoufflement.

Pont Walterdale à Edmonton. Paysage très brouillé par la fumée.

La fumée des feux de forêt qui touchent actuellement la Colombie-Britannique se fait de plus en plus présente en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

Ce n’est peut-être pas aussi le moment pour faire 200 kilomètres de vélo ou pour s’entraîner au marathon.

Une citation de :Simon Legault, météorologue à Environnement Canada

Il est conseillé aux personnes qui prévoient faire une activité physique intense de vérifier la qualité de l’air (Nouvelle fenêtre) au préalable.

Selon Graham Werstiuk, professeur au Northern Alberta Institute of Technology (NAIT), quand la qualité de l’air est mauvaise, il est préférable d’utiliser la climatisation et les circulateurs d'air intérieur plutôt que d’ouvrir la fenêtre, car ces appareils ne font pas pénétrer l'air enfumé de l'extérieur à l’intérieur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !