•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sans campeurs cet été, le camp Bellefeuille s’ouvre au public

Près des chalets et du lac, plusieurs personnes écoutent des consignes avant une activité.

Pour cet été, certaines activités sont accessibles à la population en général et aux visiteurs plutôt qu'aux campeurs.

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Radio-Canada

Comme elle ne peut offrir le camp de vacances avec hébergement cet été en raison des restrictions sanitaires, la direction de la Base de plein air de Bellefeuille de Chandler met ses infrastructures et ses animateurs à la disposition de la population locale et des touristes.

Il s'agit d'une première, puisque normalement, les infrastructures et les modules d'activités sont utilisés au maximum de leur capacité par les programmes estivaux réguliers.

Bâtiments d'accueil.

La base de plein air de Bellefeuille, située près de Chandler

Photo : Radio-Canada / Marguerite Morin

Guylaine Michel, directrice générale de la Base de plein air, rappelle que les camps avec hébergement étaient restés fermés en 2020 en raison de la COVID-19. Il y avait eu beaucoup de demandes de la part du public pour profiter des installations, mais le temps avait manqué pour mettre des services en place, explique-t-elle. Cette année, la base est allée de l'avant.

Guylaine Michel, directrice générale de la Base de plein air Bellefeuille.

Guylaine Michel, directrice générale de la Base de plein air Bellefeuille

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Trois forfaits sont offerts au public, soit Les pieds sur terre, avec des activités terrestres, Les pieds dans l'eau, avec des activités aquatiques, ou le forfait Voile (initiation et perfectionnement).

Les animateurs Samuel Maillé et Matis Hogue accompagneront les participants dans les activités.

Ça va donner une visibilité au camp auprès des gens de l'extérieur, se réjouit Samuel Maillé.

Le forfait Voile, entre autres, est l’occasion parfaite pour commencer, selon lui. C’est une belle occasion de l’essayer une journée, estime-t-il. Les gens ne sont pas laissés à eux-mêmes et c’est sécuritaire.

Les animateurs Samuel Maillé et Matis Hogue.

Les animateurs Samuel Maillé et Matis Hogue

Photo : Radio-Canada / Luc Manuel Soares

Comme son collègue, Matis Hogue entrevoit la chance de pousser plus loin les activités avec les jeunes. Si les parents sont là, on aura moins de discipline à faire, dit-il.

Par ailleurs, si la fréquentation le justifie, il y aurait possibilité de renouveler l’offre pour les années à venir, mentionne la directrice.

On va devoir évaluer si on est capables de répondre autant à la demande du camp pour les jeunes avec hébergement, prévoit-elle, mais il faudrait ajouter différentes infrastructures pour répondre aux besoins des différentes clientèles.

Ces services seront offerts jusqu'au 13 août.

D'après le reportage de Marguerite Morin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !