•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo en 8 langues autochtones

William Firth dans son studio de radio.

L'animateur de l'émission de radio en gwitch'in, Nantaii, William Firth.

Photo : Samantha Stuart Photography

Radio-Canada

Des animateurs de radio en langue autochtone se préparent à animer la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques d’été dans leur propre langue pour la première fois.

La cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo sera diffusée en huit langues autochtones différentes par CBC, vendredi.

Ce sera sans doute une expérience amusante et enrichissante, croit William Firth, de la région du Beaufort-Delta, aux Territoires du Nord-Ouest. Il animera l’émission spéciale en gwich’in.

L'animateur de l’émission Nantaii, diffusée en gwich’in sur les ondes de CBC dans la région, admet tout de même que le fait de couvrir un tel événement qui met en scène certains concepts lointains, comporte aussi une part de défis à la traduction.

Sa langue maternelle n'a pas de mots pour parler de plusieurs disciplines olympiques, explique-t-il. Le lancer du javelot, par exemple, doit être traduit par les mots désignant l’action de lancer une lance.

Nous devons traduire le sport lui-même afin de donner aux gens la possibilité de se l’imaginer, dit-il. Je vais avoir beaucoup de plaisir à le faire.

Ce sera aussi un défi pour Dorothy Stewart, qui anime habituellement une émission de radio en cri de l’Est, Winschgaoug, diffusée à travers les communautés cries de la baie James, au Québec.

Juste pour dire le mot "Olympiques", je peux le dire comme ça, mais je dois ajouter que c’est là où des gens s'affrontent dans des sports, explique-t-elle.

Elle dit avoir suivi certains cours pour pratiquer le vocabulaire des trois dialectes de sa région, surtout pour pratiquer les termes en lien avec les sports.

C’est un privilège. Je suis fière de pouvoir animer la cérémonie.

Dorothy Stewart devant un arrière-plan blanc.

Dorothy Stewart anime habituellement son émission de radio en cri de l'Est dans les collectivités de la baie James, au Québec.

Photo : CBC

L’importance d’une langue

Selon Kowisa Arlooktoo et Jordan Konek, qui coanimeront la cérémonie en inuktitut à partir d’Iqaluit, ce sera aussi une expérience enrichissante.

Beaucoup d’Inuit ne parlent pas ou ne comprennent pas l’anglais, mais ce sont tout de même de grands amateurs de sport, explique Kowisa Arlooktoo. Avoir la possibilité de leur expliquer ce qui se passe pendant la cérémonie et ce à quoi s’attendre pendant les Jeux, c’est ce qui est enrichissant pour moi.

Selon le journaliste Jordan Konek, cela permettra aussi de démontrer à l’interne ce qu’on peut faire dans sa propre langue.

Jordan Konek et Kowisa Arlooktoo à CBC Iqaluit.

Le journaliste Jordan Konek et l'animateur Kowisa Arlooktoo animeront la cérémonie d'ouverture des Jeux de Tokyo en inuktitut.

Photo : CBC

Lorsqu’on va dans les collectivités pour rencontrer les gens, c’est facile de réaliser à quel point la langue est importante, dit-il.

J’ai bien hâte de faire connaître cela à notre auditoire et de voir la réaction du public, conclut-il.

La cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo sera diffusée en ligne sur l'application CBC Olympics et sur CBC Gem en cri de l’Est, en gwich’in, en inuktitut, en inuvialuktun, en chipewyan, en déné du Dehcho et déné du Sahtu et en tlicho à 7 h, heure de l’Est, vendredi matin.

Avec des informations de Ka’nhehsí:io Deer (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !