•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du niveau du lac Témiscamingue : des élus mécontents

Des branches d'Arbre flottent à la surface de l'eau.

Du bois flottant a été emporté par le courant sur le lac Témiscamingue.

Photo : Gracieuseté de Nico Gervais

Annie-Claude Luneau

Des élus du Témiscamingue dénoncent le manque de communication à la suite de la hausse importante du niveau de l'eau du lac Témiscamingue la fin de semaine dernière.

C’est la Commission de planification et de régularisation de la rivière des Outaouais, un organisme composé entre autres des ministères ontarien, québécois et fédéral de l’Environnement, d’Hydro-Québec et de Services publics et Approvisionnement Canada qui gère le débit d’eau à cet endroit.

Après les pluies diluviennes de la semaine dernière, alors que 90 millimètres d'eau sont tombés sur la région, les responsables du barrage ont ouvert les vannes selon Claire Bolduc, préfète du Témiscamingue.

Ce qui est arrivé, c’est que pour contrôler le débit d’eau dans le sud du Québec, il y a eu une ouverture du barrage d’Angliers et ça s’est passé de nuit, explique Mme Bolduc qui ajoute que ça aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

Les dégâts ont été importants, mais ça aurait pu être très dangereux parce qu’il y avait des personnes dans les marinas, qui étaient dans leur bateau, qui ont ressenti la montée de l’eau soudaine. On s’est retrouvé dans le lac Témiscamingue, dans un plan d’eau qui est très sollicité l’été, avec beaucoup de bois flottant, ça entraîne des problèmes de sécurité pour les usagers.

Des morceaux de bois flottent à la surface du lac.

La montée des eaux a entraîné des morceaux de bois dans le lac Témiscamingue.

Photo : Gracieuseté de Nico Gervais

La préfète de la MRC s’explique mal pour quelle raison la Commission n’a pas mieux planifié son intervention alors que les prévisions météorologiques laissaient entrevoir depuis plusieurs jours qu’il y aurait des accumulations d’eau importantes.

On prévoit la quantité, on est capable de prévenir et de dire "Attention, il y aura des précipitations abondantes", alors on est capable de le prévoir aussi au niveau des barrages. Dans la planification, c’est peut-être d’ouvrir légèrement les valves d’avance et de les ouvrir lentement. Ça, c’est un élément de planification qu’on aimerait beaucoup voir.

Ce n’est pas la première fois que des élus du Témiscamingue remettent en question la planification et les modes de communications de l’organisme.

À la suite des inondations de 2019, une rencontre avait eu lieu entre les représentants de la Commission et les élus locaux pour améliorer la communication.

Claire Bolduc croit qu’il reste encore beaucoup de chemin à faire.

C’est impensable d’ouvrir des vannes en pleine nuit à plein régime sans avoir prévenu les communautés riveraines et ça, c’est un problème majeur de communication.

La Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais n’a pas encore répondu à notre demande d’entrevue.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !