•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un joueur autochtone dénonce des propos du jeu Civilization VI

Dans le jeu, l’ancien premier ministre canadien Wilfrid Laurier dit à un chef autochtone qu'il a l'intention de « sauver leur âme ».

Capture d'écran montrant un village en vue aérienne dans un jeu vidéo.

Le jeu de conquête mondiale «Civilization VI» inclut le Canada depuis 2018.

Photo : Civilization.com

CBC News

Après avoir soupé un soir chez lui, juste à l'extérieur de la ville de Thunder Bay, en Ontario, Chris Riley a allumé son ordinateur, cherchant à se détendre avec un jeu vidéo.

Son choix s'est posé sur Sid Meier's Civilization VI, le dernier titre de la populaire série de jeux vidéo lancée dans les années 1990.

Vous commencez à l'âge de pierre et vous vous frayez un chemin jusqu'à l'époque moderne, en construisant un empire, en fondant des villes, en allant des accords commerciaux aux guerres culturelles avec d'autres nations, pour essayer de conquérir le monde, résume Chris Riley, qui a des origines ojibwées et cries.

C'est un jeu qui l’aide habituellement à évacuer le stress de la vie quotidienne.

Mais ce soir-là, une rencontre fortuite entre deux personnages historiques l'a ramené à la réalité : le débat national en cours sur l'héritage des pensionnats pour Autochtones, à la lumière de la découverte récente de tombes anonymes sur les terrains où se trouvaient ces institutions.

Explorer, étendre, exploiter, exterminer

Civilization VI fait partie d'un genre que certaines personnes appellent 4X : explore, extend, exploit, exterminate (explorer, étendre, exploiter, exterminer).

Les joueurs et joueuses peuvent choisir de mener l’une ou l'autre de 50 civilisations, de l’Empire romain d’Orient aux Pays-Bas en passant par le Vietnam.

En 2018, la nation crie de la Saskatchewan avec le chef Poundmaker à sa tête a été ajoutée au jeu, une décision qui a suscité la controverse. La nation a rapidement accusé l'éditeur de jeux vidéo 2K Games d'appropriation culturelle, en lui reprochant de ne pas l’avoir consultée sur la représentation de son chef historique.

Chris Riley jouait justement le rôle du chef Poundmaker lorsqu’il a eu une interaction avec Sir Wilfrid Laurier, le premier ministre du Canada de 1896 à 1911.

Au cours d'un dialogue, déclenché en quelque sorte par les différentes relations entre nos nations, [Laurier] a indiqué qu'il avait l'intention de nous sauver, que nous le voulions ou non.

Une citation de :Chris Riley

Il a pris une capture d'écran d'une deuxième interaction qui s'est produite peu de temps après, où Laurier affirme : Même après tout ce que nous avons fait, je m'inquiète encore qu'il y ait des âmes qui ne veulent pas être sauvées.

Capture d'écran montrant un personnage de jeu vidéo et un paysage canadien.

Après une interaction aléatoire entre le chef Poundmaker de la nation crie et le premier ministre canadien Wilfrid Laurier dans le jeu vidéo «Civilization VI», le joueur Chris Riley dit avoir été choqué par le langage utilisé par Laurier.

Photo : Capture d'écran tirée du jeu vidéo «Civilization VI», gracieuseté de Chris Riley

Ces propos ont choqué Riley : Cela a en quelque sorte ravivé les souvenirs du système des pensionnats pour moi.

Je ne suis jamais allé au pensionnat, mais "sauver" et "civiliser" étaient parmi leurs principes fondateurs, ce qui a conduit aux milliers de tombes non marquées que nous trouvons maintenant.

Des vérités historiques amères

La représentation des pensées et le langage de Laurier sont justes, selon Justin Carpenter, candidat au doctorat à l’Institut du jeu vidéo de l'Université de Waterloo, en Ontario.

En tant que premier ministre, Laurier a supervisé l'expansion du système des pensionnats. Son gouvernement a également tenté de supprimer un rapport de 1907 qui documentait le nombre élevé de décès parmi les enfants autochtones dans les pensionnats de l'Ouest canadien.

La question est de savoir comment cette histoire est utilisée dans les jeux vidéo, selon Justin Carpenter.

La question à savoir si nous devons dépeindre ce genre de vérités historiques amères dans nos produits de divertissement et si nous devons jouer avec elles de cette manière est très controversée dans la société actuelle.

Une citation de :Justin Carpenter

Les jeux vidéo sont une plateforme de plus en plus importante pour aborder l'histoire et l'héritage du Canada, et en discuter, mais cela doit être fait de manière critique, toujours selon Justin Carpenter.

Consulter, une étape importante

Les peuples autochtones subissent un préjudice si l'histoire continue à être simplifiée ou romancée, selon Naithan Lagace, professeur d'études autochtones à l'Université de Winnipeg.

Ça a un effet sur les joueuses et joueurs plus âgés et même sur les plus jeunes qui ont subi des traumatismes intergénérationnels liés aux pensionnats ou aux externats, car ça leur rappelle ce Canada romancé, souligne celui qui a également rédigé une thèse sur la représentation des Autochtones dans les jeux vidéo.

Montage montrant un personnage de jeu vidéo comparé à une réelle photo d'un chef autochtone.

Le chef Poundmaker (à gauche) dans le jeu vidéo «Civilization VI» à côté d'une photographie du chef.

Photo : Youtube

Non seulement [les Autochtones] doivent le voir aux nouvelles ou au sein de leur communauté, mais [ces personnes] le voient aussi dans les jeux qui sont souvent utilisés pour échapper aux difficultés, ajoute-t-il.

Naithan Lagace s'inquiète par ailleurs du fait que les grands éditeurs de jeux poussent à être plus représentatifs et à toucher un public plus large, car les histoires complexes peuvent être parfois réduites à de simples lignes de dialogue.

Pour remédier à la représentation symbolique, les concepteurs de jeux doivent consulter les peuples autochtones, selon lui.

Quand on voit ces simplifications excessives, les consultants et consultantes autochtones hésitent à travailler avec les studios.

Une citation de :Naithan Lagace

Une réponse choquante

Chris Riley a décidé d’envoyer une plainte à 2K Games après avoir subi ces interactions, qualifiant le dialogue de Laurier de contenu très discutable et encourageant l’éditeur à le modifier pour qu'il soit un peu moins progénocide.

Quatre jours plus tard, Riley a reçu une réponse.

Merci d'avoir pris le temps de contacter 2K Support, notamment au sujet de notre série épique de domination du monde Civilization! Nous vous remercions également de nous avoir contactés, d'avoir été si franc et si disposé à nous faire part de vos commentaires sur ce contenu que vous trouvez douteux, a écrit un porte-parole de 2K Games.

La note encourage ensuite Chris Riley à en parler sur un forum en ligne.

C'était plutôt choquant, surtout compte tenu des nouvelles révélations que nous avons eues et qui sont entrées dans la conscience publique récemment.

Une citation de :Chris Riley

L'industrie du jeu vidéo au Canada a généré des revenus estimés à 3,6 milliards de dollars l'an dernier, et on estime qu'elle génère 180 milliards de dollars de revenus dans le monde.

Take-Two Interactive, qui possède 2K Games et une collection de jeux comprenant NBA 2K et Grand Theft Auto, est l'une des plus grandes entreprises d'édition de jeux vidéo au monde.

2K Games n'a pas répondu aux questions de CBC News.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !