•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré la subvention, les voitures électriques sont peu disponibles et chères au N.-B.

dsc3166

Les prix des voitures électriques et hybrides demeurent élevés selon un économiste.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

Rébecca Corrales-Soucy

Le gouvernement provincial offre désormais un financement pour l’achat de véhicules électriques ou hybrides, mais ces produits semblent peu accessibles. Les voitures se font rares chez les concessionnaires et les prix demeurent élevés pour le consommateur moyen.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a annoncé le 8 juillet dernier qu’il lançait un programme de financement pour l’achat des véhicules électriques, avec un rabais allant jusqu’à 5000 $. Combiné avec la subvention du fédéral, ce montant peut être doublé pour atteindre 10 000 $.

Le programme rendra les véhicules électriques plus abordables afin que davantage de gens puissent participer à la réduction des émissions liées au transport.

Une citation de :Gary Crossman, ministre de l’Environnement et du Changement climatique

Le gouvernement Higgs s’est fixé comme objectif d’avoir au-dessus de 20 000 voitures électriques ou hybrides dans la province d’ici 2030. Toutefois, il paraît difficile d’acheter une automobile de ce genre, par faute d’offre sur le marché.

Pas de voitures vertes dans les concessionnaires

Radio-Canada a contacté plusieurs concessionnaires du Grand Moncton. Plusieurs vendeurs ont déclaré qu’ils n’ont pas de voitures électriques à vendre cette année, et ignorent s’ils en auront à vendre l’an prochain. L’achat de ces véhicules est donc difficile pour les citoyens.

Mike Holland, ministre des Ressources naturelles et du Développement énergétique.

Mike Holland compte sur l'Association des concessionnaires d'automobile de la province pour offrir plus de voitures électriques.

Photo : Radio-Canada

D’après le ministre des Ressources naturelles et du Développement énergétique, l’Association des concessionnaires d'automobiles du Nouveau-Brunswick compte remédier à la situation.

L’association a affirmé qu’ils allaient faire des efforts afin de se procurer des véhicules électriques.

Une citation de :Mike Holland, ministre des Ressources naturelles et du Développement énergétique

Selon lui, la popularité des voitures électriques devrait augmenter grâce à la subvention, de même que leur présence chez les concessionnaires.

En février dernier, le gouvernement avait raté sa cible de 2500 voitures électriques sur les routes de la province, alors qu’il y en avait seulement 429 immatriculées au Nouveau-Brunswick.

Cette fois, ce sera différent puisqu’on offre des incitatifs financiers, a affirmé Mike Holland.

Le prix demeure élevé

L’économiste Octave Keutiben soutient que ces coûts sont encore trop élevés pour plusieurs citoyens, même après la subvention. La plupart du temps, les voitures électriques sont dans la gamme de voitures de luxe, a-t-il déclaré.

Octave Keutiben, professeur en économie à l'Université de Moncton.

Le professeur en économie Octave Keutiben considère que les voitures électriques ne sont accessibles qu'à une clientèle cible.

Photo : Radio-Canada

Au Nouveau-Brunswick, les voitures électriques et hybrides les plus abordables coûtent environ 25 000 $. Dans cette gamme de modèles, le financement accordé est moins généreux.

La subvention ne couvre pas grand-chose. Ce sont les gens à salaire un peu plus élevé qui peuvent se permettre cette subvention.

Une citation de :Octave Keutiben, professeur en économie à l'Université de Moncton

D’après ses recherches, le revenu médian des ménages par habitant était d’environ 55 000 $ en 2018. Ce qui signifie que la moitié de la population de la province gagne en dessous de cette somme. Je ne pense pas que ces gens-là peuvent se permettre des voitures électriques, a-t-il renchéri.

D’après lui, l’objectif du gouvernement est de réduire la consommation des gaz à effets de serre, et non de rendre les voitures électriques plus accessibles au consommateur moyen.

Un autobus vert qui porte l'inscription full electric.

Mike Holland concède que le transport en commun demeure plus accessible pour les gens à faible revenus.

Photo : Ville d'Ottawa

À la question sur le pouvoir d’achat des gens à revenus inférieurs, le ministre des Ressources naturelles et du Développement énergétique a suggéré que le système de transport public soit électrifié, pour que tous puissent profiter d'une solution plus abordable.

En avril dernier, il y avait 782 voitures électriques enregistrées dans la province, soit presque le double de l’année précédente. Mais ce chiffre paraît loin de l’objectif prévu pour 2030.

Ailleurs en Atlantique

Les provinces atlantiques offrent chacune une subvention provinciale à laquelle s’additionne celle du fédéral.

Subventions par provinces

  • Nouveau-Brunswick : jusqu’à 5000 $ par véhicule neuf, jusqu’à 2500 $ pour ceux usagés et 750 $ pour une borne de recharge résidentielle;
  • Nouvelle-Écosse : 3000 $ par véhicule neuf, 2000 $ pour ceux usagés et 500 $ par vélo électrique;
  • Terre-Neuve-et-Labrador : 2500 $ pour un véhicule neuf;
  • Île-du-Prince-Édouard : 5000 $ pour un véhicule électrique neuf et 2500 $ pour un véhicule hybride rechargeable.

À l'Île-du-Prince-Édouard, où le rabais est offert depuis mars, les voitures électriques ont gagné en popularité. Plus de 100 véhicules ont été achetés depuis le printemps.

Selon la directrice générale de l’Association des concessionnaires automobiles de l’Île-du-Prince-Édouard, Lisa Doyle-MacBain, l’industrie automobile investit actuellement des milliards dans l'électrification des voitures.

Les concessionnaires mettront plus de 130 nouveaux modèles de véhicules à émission zéro sur le marché au cours des prochaines années.

Une citation de :Lisa Doyle-MacBain, directrice générale de l’Association des concessionnaires automobiles de l’Île-du-Prince-Édouard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !