•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les demandes de groupes musulmans à l'approche du sommet sur l'islamophobie

Une mère et ses deux filles sont devant le monument de fleurs en mémoire des victimes à London.

Kira Stephani discute avec ses filles Aisha Sayyed (à droite) et Aliyah Sayyed devant un mémorial improvisé à London, en Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Geoff Robins

Radio-Canada

Le Conseil national des musulmans canadiens formule 61 recommandations dans la foulée de l'attaque qui a fait quatre morts à London, en Ontario, et en prévision du sommet fédéral sur l'islamophobie qui se tiendra jeudi.

Le gouvernement Trudeau a annoncé le mois dernier la tenue d'un sommet national sur l'islamophobie le 22 juillet et d'un autre sommet sur l'antisémitisme, après que quatre membres d'une famille musulmane eurent été happés mortellement à London. Un conducteur de 20 ans est accusé de terrorisme.

La réalité : ce n'est pas nouveau pour les musulmans au Canada. On n'a qu'à penser à l'attaque à la mosquée de Québec, à la mort de Mohamed-Aslim Zafis à la mosquée IMO de Toronto, aux agressions violentes contre des femmes racialisées portant le hijab ou aux rassemblements haineux devant des mosquées, rappelle le Conseil national des musulmans canadiens.

Les demandes du Conseil s'adressent aux gouvernements fédéral, provincial et municipaux.

Parmi ces requêtes :

  • Élaborer une stratégie fédérale contre l'islamophobie avant la fin de 2021
  • Réformer le Code criminel pour mieux faire face aux crimes haineux, y compris sur Internet
  • Exiger que tous les juges suivent une formation sur l'islamophobie
  • Accorder du financement pour renforcer la sécurité dans les mosquées au pays
  • Créer immédiatement un bureau de rapporteur spécial sur l'islamophobie
  • Formuler des stratégies provinciales contre l'islamophobie pour sensibiliser les élèves
  • Financer des initiatives permettant aux musulmans de témoigner de leur histoire
  • Lancer des campagnes municipales contre le racisme

Le Conseil national des musulmans presse aussi Ottawa d'intervenir dans tout recours lancé à l'avenir devant les tribunaux contre la loi 21 [sur la laïcité de l'État au Québec].

Des groupes musulmans affiliés au Conseil ont organisé des points de presse lundi à London, à Toronto, à Québec et à Edmonton pour faire connaître leurs demandes à l'approche du sommet de jeudi.

Nos recommandations sont réalisables si nous avons la volonté d'agir. Elles sont réalisables si nous évitons de nous en remettre qu'à des déclarations et des messages Twitter, a indiqué l'avocat Nawaz Tahir, qui prenait part à la conférence de presse à London.

Dans la guerre contre l'islamophobie, malheureusement, tristement et tragiquement, le nombre de musulmans tués continue d'augmenter.

Une citation de :Nawaz Tahir, avocat et président du groupe de pression Hikma

On ne peut pas rester les bras croisés et attendre que d'autres vies soient perdues. L'islamophobie est létale et il faut agir immédiatement, peut-on lire dans un communiqué du Conseil national des musulmans canadiens.

L'ancien directeur du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, croit que la recommandation pour augmenter la surveillance des discours haineux en ligne devrait être une priorité du gouvernement fédéral.

L'ancien directeur du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, s'adresse aux médias lors de la conférence de presse organisée à Québec.

L'ancien directeur du Centre culturel islamique de Québec, Mohamed Labidi, participait à la conférence de presse organisée à Québec.

Photo : Radio-Canada

Renforcer les lois de lutte contre la haine dans les médias sociaux, ça urge beaucoup, parce que ça crée les terroristes qui passent à l'action, a-t-il indiqué lors de l'événement organisé à Québec.

S'il n'y a pas de haine qui se trame dans les médias sociaux, ça ne va pas créer des monstres qui vont passer à l'action pour tuer.

Une citation de :Mohamed Labidi, ancien directeur du Centre culturel islamique de Québec

Le Conseil souhaite qu'un document compilant les engagements des différents ordres de gouvernement soit publié immédiatement après le sommet national sur l'islamophobie, suivi d'un rapport 60 jours plus tard avec des échéanciers précis pour la réalisation de ces promesses.

Avec des renseignements fournis par Mathieu Simard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !