•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Garderies à 10 $ : des économies notables pour des familles en Atlantique selon une étude

Un enfant joue dans une garderie

Le programme annoncé au mois d’avril par le premier ministre fédéral Justin Trudeau, s’inspire du modèle québécois des centres de la petite enfance.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Le programme du gouvernement fédéral des garderies à 10 $ pourrait permettre à des parents des provinces de l’Atlantique d’économiser des milliers de dollars par enfant selon un rapport du Centre canadien de politiques alternatives.

Les familles de l’Atlantique paient en ce moment entre 8850 $ et 11 450 $ par année pour un enfant en garderie.

Leur facture pourrait être réduite déjà de moitié en 2022 si le programme est mis en place dans chaque province.

Et d’ici 2026, les parents pourraient économiser jusqu’à 75 % du coût actuel.

Pour certains, le programme pourrait faire une différence notable dans leur vie.

Je connais des familles qui ont deux enfants, et un des deux parents doit rester à la maison, et ne pas travailler, parce que finalement, ça revient à plus cher d’aller travailler et de payer la garderie que de rester à la maison sans travailler.

Une citation de :François-Léonce Charron, parent d’un enfant en garderie

Le président du conseil d’administration du Centre de jour l’Éveil, Maxim Beauregard-Dionne, est père de cinq enfants.

Est-ce qu’on reste au Nouveau-Brunswick ou est-ce qu’on retourne ailleurs ?, se questionne-t-il, à la vue des possibles milliers de dollars en économie du programme. Ça peut difficilement être compensé par d’autres moyens.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse Iain Rankin a signé une entente sur ce programme la semaine dernière avec Justin Trudeau.

Pour sa part, l’Île-du-Prince-Édouard a confirmé être en discussion avec le fédéral.

Le Nouveau-Brunswick réticent

Du côté du Nouveau-Brunswick, le premier ministre Blaine Higgs avait déjà qualifié le programme de stratégie électorale pour plaire aux grands centres, comme la ville de Toronto.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, devant des drapeaux, le 9 juin 2021.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs. (Archives).

Photo : Radio-Canada

Il est d’avis que même si le Nouveau-Brunswick peut faire mieux, les frais de garde ne sont pas élevés comme ailleurs au pays.

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de développement de la petite enfance, et député libéral de Kent-Sud, Benoît Bourque, déplore l’approche actuelle du gouvernement.

Le gouvernement doit immédiatement poursuivre ces discussions et conclure un accord qui sera bénéfique pour tout le monde, dit-il.

Et au-delà des coûts, des parents du Nouveau-Brunswick demandent que la province profite de l’occasion pour améliorer aussi les conditions des éducatrices à la petite enfance et des infrastructures, pour pouvoir éventuellement ouvrir plus de places en garderies.

D’après le reportage de Sarah Déry

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !