•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Beauce, la destination vacances tendance de cet été

Une famille de cinq personnes marche dans une allée boisée.

Au cours des dernières années, l'offre d'activités touristiques et de structures d'hébergement s'est étoffée en Beauce.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

La pandémie n’a freiné que temporairement l’essor du tourisme en Beauce. La saison bat son plein, les visiteurs affluent et les professionnels du secteur se frottent les mains.

Carl Boucher, le directeur du Woodooliparc, à Scott, est tout sourire. Et il y a de quoi : stationnement plein, files d’attente aux abords de certaines attractions... Son site ne désemplit pas.

En ce moment, on accueille 2500 ou 2700 personnes par jour. D’ici la fin de l’été, on atteindra les 3000, 3500 personnes par jour.

Un homme répond aux questions d'un journaliste.

Carl Boucher, le directeur du Woodooliparc, à Scott, se réjouit d'accueillir des visiteurs à une cadence régulière cet été, et non par saccades.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Rien à voir avec l’année dernière, où le confinement était de rigueur. La pandémie a mis toute l’industrie locale à l’arrêt.

On était sur une lancée. L’année 2019 avait été celle de tous les records. La COVID est venue ralentir les choses. On a eu des pertes incroyables à récupérer.

Bonne surprise, Carl Boucher se rend compte qu’il sort la tête de l’eau plus vite que prévu.

On est en train de récupérer ce qu’on avait perdu à vitesse grand V, encore plus qu’on ne l’espérait. C’est une très bonne nouvelle.

Mieux qu'il y a deux ans

Il ose croire que 2021 sera encore meilleure que 2019. Josiane Simard pense de même. Le Verger à Ti-Paul, à Saint-Elzéar, dont elle est copropriétaire, est lui aussi très prisé ces dernières semaines. Et les visiteurs viennent de partout.

On a des gens de Montréal, des Laurentides, de l’Outaouais, de Lanaudière... Des gens qu’on ne voyait pas avant et qui visitent la Beauce, affirme-t-elle.

Une femme répond aux questions d'un journaliste.

Selon Josiane Simard, copropriétaire du Verger à Ti-Paul, les touristes sont plus que jamais motivés à privilégier l'achat local.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Comment expliquer un tel engouement pour une région jusqu'à présent peu perçue comme une destination vacances?

Émilie Gagnon, directrice du développement touristique à l’organisme Destination Beauce, met en avant plusieurs facteurs. À commencer par une offre d’activités et de structures d’hébergement qui s'est étoffée avec le temps.

Dans les cinq dernières années, voire même un peu avant, on a eu plein d’entrepreneurs qui se sont lancés en affaires chez nous. On a des gens qui n’ont pas froid aux yeux dans la région.

Une femme répond aux questions d'un journaliste.

Émilie Gagnon, directrice du développement touristique à Destination Beauce, décrit la région comme une jeune destination vacances qui a le vent dans les voiles.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Turgeon

Carl Boucher confirme : maintenant, les gens peuvent venir passer plusieurs jours en Beauce et avoir plein d’activités à faire, autant pour les enfants que pour les adultes. Ce qui n’a pas toujours été le cas.

Le responsable du Woodooliparc observe aussi un changement dans les mentalités qui profite à tous. À l’écouter, il fut un temps où l’arrivée d’un nouvel acteur touristique en Beauce était vue comme un concurrent par celles et ceux déjà implantés. Dorénavant, tous se considèrent comme des partenaires.

Quand tout le monde pousse dans le même sens, ça donne des choses bien, assure Carl Boucher.

D'après les informations de Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !