•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Felix Ashdohonk, premier Autochtone à avoir exercé le droit de vote en Saskatchewan

Felix Ashdohonk assis avec une canne en main.

Felix Ashdohonk a expliqué que c'est un avocat inconnu qui l,a informé en 1960 qu'il avait le droit de voter.

Photo :  CBC / Bryan Eneas

Radio-Canada

Felix Ashdohonk de la Première Nation Carry the Kettle Nakoda en Saskatchewan, aujourd’hui âgé de 88 ans est, selon toute vraisemblance, le premier Autochtone à avoir exercer son droit de vote en Saskatchewan lors des élections de 1960.

M. Ashdohonk travaillait à Regina à l'époque. Une image de lui glissant son bulletin de vote a été capturée par le journal local Regina Leader-Post et diffusée dans tout le Canada.

Son superviseur basé à Toronto a vu sa photo dans les journaux de la ville et l'a reconnu, a déclaré M. Ashdohonk.

Il a voté à l'élection provinciale de juin 1960, soit environ un mois avant que le gouvernement fédéral permette aux membres des Premières Nations de voter aux élections fédérales, le 1er juillet 1960.

L'homme a expliqué que c'est un avocat inconnu qui l'a approché en 1960 et lui a dit qu'il avait le droit de voter, et qu'il devait l'exercer.

C’est ainsi qu’il a alors senti à l'époque qu'il était important d'avoir son mot à dire en politique.

Deux mains exhibent un papier.

Felix Ashdohonk montre sa photo captée et publiée dans un journal lors de son vote historique en 1960.

Photo :  CBC / Bryan Eneas

Mais son geste lui a valu de nombreuses récriminations au sein de sa communauté, s'est-il rappelé.

Beaucoup d'entre eux ne [votaient] pas - ils étaient strictement contre. Je sais que j'ai été victime de l'enfer ici lors de cette élection, aussi, a déclaré Ashdohonk.

Ouais, [les gens disaient] : "tu restes en dehors de la communauté, tu as voté, tu es hors d'ici".

Selon M. Ashdohonk, l'animosité qu’il a subie à l'époque n'était qu'un malentendu. Il a déclaré que de nombreux membres de la communauté avaient l'impression qu'il avait rompu un accord de traité, alors que ce n'était pas le cas, a-t-il soutenu.

Les membres des Premières Nations n'ont pas eu le droit de voter avant 1960, sans pour autant renoncer à leurs droits issus de traités et de statuts.

Des années plus tard, la page a été tournée pour l’homme qui a longtemps travaillé en dehors de sa communauté. Il vit maintenant au milieu des siens à Carry The Kettle, à environ 75 kilomètres au nord-est de Regina.

Vote et pensionnats

L’homme a aussi grandi dans des pensionnats pour Autochtones. Il a indiqué qu'il n'a pas reçu une éducation adéquate lorsqu'il a fréquenté le pensionnat pour Autochtones de Lebret, au nord-est de Regina. Il s’est souvenu d'avoir été forcé à faire des travaux manuels ou des tâches subalternes, plutôt que d'apprendre.

Par ailleurs, il est un témoin vivant du système qui interdisait aux membres des Premières Nations de quitter leurs communautés sans montrer patte blanche au moyen d’un laissez-passer.

Alors que le dossier des pensionnats pour Autochtones mobilise encore l'opinion, M. Ashdohonk croit que l'obtention du droit de vote par les membres des Premières Nations a contribué, entre autres, à la mise à mort de ces systèmes.

Après son vote en 1960, il dit ne pas se souvenir d'une autre fois où il a voté, que ce soit au niveau fédéral ou provincial.

Mais il a jugé important que les jeunes participent au système électoral, chaque fois qu'une élection est convoquée à nouveau.

Avec les informations de Bryan Eneas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !