•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La régate BDC-100 officiellement lancée samedi matin

Trois voiliers sur un plan d'eau.

Partis de Bonaventure, les concurrents passeront de 24 à 30 heures en mer pour finir à Paspébiac.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

Radio-Canada

La plus longue course de voile organisée cet été en Gaspésie, la BDC-100, a été lancée samedi matin à la marina de Bonaventure.

La course, qui se déroule pour une deuxième année consécutive, donne le coup d'envoi aux compétitions dans la Baie-des-Chaleurs.

Les sept équipages expérimentés qui ont pris la ligne de départ devront franchir une distance totale de 100 miles nautiques.

Partis de Bonaventure, les concurrents passeront de 24 à 30 heures en mer avant de rejoindre Paspébiac.

La première marque prévue au parcours est une bouée au large de Caraquet, explique Paul Descarries, membre du comité organisateur et gagnant de la première édition.

Après ça, on va aller saluer les gens de Newport. On va ensuite traverser la baie et contourner une bouée à Miscou. L'arrivée est prévue à Paspébiac au courant de la journée de dimanche, selon les prévisions de vent.

Une carte avec le trajet de la course.

Le trajet de la course.

Photo : Facebook : Régates Baie-des-Chaleurs

Cette fois-ci encore, ce sont les conditions météorologiques qui auront le dernier mot.

La BDC-100 est l'occasion pour une partie des passionnés de voile de l'Est-du-Québec de se retrouver grâce à des assouplissements aux règles sanitaires.

Pour Lucas Holmes, capitaine de La Pieuvre, la course est également une occasion de pouvoir passer du temps en famille.

Deux personnes sur un voilier.

L'équipage de La Pieuvre, dont le capitaine est Lucas Holmes.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

On fait la course avec le frère et le père, donc c'est comme une manière de faire un petit get together ensemble et de partager une passion qui est commune. C'est vraiment un peu ça, le gros vibe, raconte-t-il.

L'an dernier, 5 des 11 équipes participantes ont complété dans les temps un parcours réduit à 84 milles nautiques.

Ça fait quand même un moment qu'on espère une course plus longue que les habituelles, qui sont généralement de 12 à 15 milles, explique Lucas Holmes.

Pour William Bastille-Denis, capitaine du Gazelle, la victoire n’est pas le principal objectif.

Quatre personnes sur un voilier.

L'équipage du voilier Gazelle, dont le capitaine est William Bastille -Denis.

Photo : Radio-Canada / Roxanne Langlois

On espère se rendre dans les délais, c'est surtout ça, explique-t-il. On va être cinq à bord, on va aller s'amuser et on va essayer d'aller le plus vite possible avec quelque chose qui va bien lentement.

Le comité organisateur espère que cette course, tout comme celles organisées dans le cadre du circuit de Régates de la Baie-des-Chaleurs, donnera envie à certains de s'initier à la voile.

D’après un reportage de Roxanne Langlois

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !