•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet d’étiquette « Fait en Alberta » plaît aux producteurs albertains

Un employé arrache les mauvaises herbes d'un jardin.

La ferme organique Poplar Bluff espère percer le marché des grandes surfaces avec ses produits locaux.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Evelyne Asselin

Il sera bientôt plus facile d’identifier les produits locaux grâce à un tout nouvel étiquetage « Fait en Alberta », proposé par le gouvernement provincial.

Le gouvernement albertain consultera les producteurs au cours de l’été afin de définir comment et par qui sera utilisée l’étiquette.

Enfin!, s'exclame la maraîchère Rosemary Wotske lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense de l’idée.

Rosemary Wotske se tient debout dans l'un de ses champs alors que des employés désherbent derrière elle.

La maraîchère Rosemary Wotske accueille le projet d'étiquette « Fait en Alberta » avec enthousiasme.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

La productrice tente de percer le marché des épiceries à grande surface depuis un an avec les produits de sa ferme Poplar Bluff Organics, notamment avec ses patates et ses légumes verts. Ça fait 35 ans qu’elle se bat pour promouvoir l’achat local.

Ce sera surtout une bonne chose dans les magasins à grande surface. Les gens pourront repérer l’étiquette rapidement puisqu’elle est bien visible, prendre le produit et découvrir que ça vient d’une trentaine de kilomètres d’ici.

Une citation de :Rosemary Wotske, propriétaire de Poplar Bluff Organics

Sa propre étiquette

Chez le producteur de charcuteries Valbella, à Canmore, on n’a pas attendu le gouvernement pour identifier les produits locaux. En juin, la compagnie a ajouté sa propre mention Fait en Alberta sur ses emballages.

Un paquet de saucisses où l'on peut voir un sceau doré composé d'une feuille d'érable et l'indication Proudly Crafted in the Alberta Rockies

Nous sommes dans la vallée de la Bow et il y a énormément de touristes. C’est génial qu’ils puissent prendre un produit sur l’étagère et savoir qu’ils soutiennent l’économie locale, explique la copropriétaire Chantal von Rotz.

Elle est très heureuse de la proposition du gouvernement puisque ça démontre qu’ils veulent nous soutenir, c’est vraiment génial.

J’espère que ce sera fait avec soin et que ce seront des produits authentiquement albertains qui pourront obtenir l’étiquette. J'aimerais que cela devienne un sceau d’excellence que l'on pourra être fiers d'obtenir.

Une citation de :Chantal von Rotz, copropriétaire Valbella Gourmet Foods
Chantal von Rotz se tient devant l'édifice de Valbella Gourmet Foods.

Valbella Gourmet Foods vient d'ouvrir un tout nouveau café pour accueillir ses clients et les touristes à Canmore.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Une décision logique

Tous les producteurs consultés jusqu'ici ont remarqué une forte croissance de l’intérêt pour l’achat local pendant la pandémie. Selon le gouvernement, les ventes directes du producteur local au consommateur ont doublé depuis 2008 pour atteindre un chiffre d'affaires de 1,2 milliard de dollars en 2020.

Selon le professeur en distribution et politiques agroalimentaires Sylvain Charlebois, le quart des consommateurs canadiens cherchent activement des produits locaux lorsqu’ils font leur épicerie. Il n’est pas surpris que le gouvernement albertain cherche à développer ce secteur.

Il ne faut pas oublier qu'en Alberta, à l'instar de ce qui se passe avec le secteur du pétrole, on est à la recherche d'une autre manne économique. On veut justement développer d'autres filières et la filière agroalimentaire, à mon avis, en Alberta, ça a toujours été un choix naturel pour le gouvernement.

Une citation de :Sylvain Charlebois, professeur en agroalimentaire à l’Université de Dalhousie

Le développement de la transformation agroalimentaire a beaucoup de potentiel pour la province aux yeux du professeur. Le secteur emploie actuellement 28 000 travailleurs selon le ministère de l'Agriculture.

Une rangée de cannettes montrant différents produits de l'hydromellerie Fallentimber.

L'hydromellerie Fallentimber souhaite que ses produits alcoolisés à base de miel soient taxés de la même façon que les microbrasseries de l'Alberta.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Chez l'hydromellerie Fallentimber, par exemple, la création de produits issus du miel comme de la bière à base d’hydromel et autres concoctions alcoolisées a complètement transformé l’entreprise. Il y a 20 fois plus d’employés et les revenus sont 50 fois plus importants depuis qu’ils ont commencé à miser sur la transformation il y a 12 ans.

Plus on incite les gens à acheter Albertain, plus on va inciter la filière à miser sur la transformation, parce que la mise en valeur est là. J’ai l’impression qu’il y a un potentiel inexploité en Alberta et on ne peut pas le faire sans une transformation majeure, précise Sylvain Charlebois.

Un premier pas seulement

Pour Dan Molyneux, responsable du développement chez Fallentimber, l’étiquette est une bonne idée, mais ce n’est pas nécessairement l'option qu’ils souhaitaient.

Ce qui nous aiderait le plus, c’est une réduction de la taxe que l’on paie pour les produits alcoolisés, explique-t-il. Cela permettrait à Fallentimber de vendre ses produits à des prix similaires aux microbrasseries albertaines, ce qui n’est pas le cas en ce moment à cause d’un taux de taxation plus élevé.

Dan Molyneux, de l'hydromellerie Fallentimber, se tient devant la salle de dégustation de la compagnie.

Après avoir conquis le marché albertain avec ses produits alcoolisés à base de miel, Fallentimber espère s'exporter aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada / Evelyne Asselin

Il espère aussi que ce ne sera pas seulement une étiquette sans plan de promotion et de mise en marché.

Ça doit être fait du début à la fin. Si l’idée est de juste faire une étiquette puis demander aux producteurs de s’arranger avec et d’en faire eux-mêmes la promotion, ce ne sera pas aussi efficace que si le gouvernement s’occupe de la mise en marché et paye les coûts pour intégrer le design à nos emballages.

Une citation de :Dan Molyneux, de Fallentimber

Les intentions du gouvernement albertain devraient être clarifiées cet automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !