•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Washington enquête sur une vague d'incidents de santé chez ses diplomates à Vienne

La Maison-Blanche à Washington.

La Maison-Blanche à Washington

Photo : iStock

Radio-Canada

L'administration Biden enquête sur une récente vague d'incidents de santé mystérieux signalés par des diplomates et des employés du gouvernement américain à Vienne, la capitale autrichienne.

Certains des symptômes sont similaires à ceux signalés pour la première fois par des diplomates et des espions américains à La Havane, à Cuba, en 2016 et 2017, et pour lesquels la cause définitive n'a pas encore été déterminée.

Selon des responsables, plus de 20 nouveaux cas sont examinés par des équipes médicales au Département d'État et ailleurs, notamment au Pentagone et à la CIA.

En coordination avec nos partenaires du gouvernement américain, nous enquêtons vigoureusement sur les liens possibles de ces incidents de santé inexpliqués au sein de la communauté de l'ambassade des États-Unis à Vienne, a déclaré le département d'État.

Tous les employés qui ont signalé un incident ont reçu une attention et des soins immédiats et appropriés.

Certains pensent que les blessures inexpliquées, y compris les lésions au cerveau, sont le résultat d'attaques avec des micro-ondes ou des ondes radio. Cependant, malgré des années d'études, il n'y a pas de consensus sur la nature de ces incidents.

Les employés basés à Vienne ont déclaré souffrir de symptômes mystérieux depuis l'investiture du président Joe Biden, selon les responsables.

Un mal mystérieux

Les cas de Vienne ont été signalés pour la première fois vendredi par le magazine The New Yorker.

Vienne a été pendant des siècles un centre d'espionnage et de diplomatie, et a été une plaque tournante pour les activités clandestines d'espionnage et de contre-espionnage pendant la guerre froide.

La ville accueille actuellement les pourparlers entre l'Iran et les États-Unis sur le nucléaire iranien.

Ces pourparlers sont maintenant suspendus et on ignore si des membres de l'équipe de négociation des États-Unis faisaient partie de ceux qui souffraient de ces incidents de santé.

Le ministère autrichien des Affaires étrangères a indiqué dans un communiqué qu'il travaillait avec les autorités américaines à une enquête conjointe, conformément à notre rôle d'État hôte.

Nous prenons ces rapports très au sérieux [...]. La sécurité des diplomates envoyés en Autriche et de leurs familles est notre priorité absolue.

Une citation de :Alexander Schallenberg, ministre autrichien des Affaires étrangères

Ces incidents ont été qualifiés de syndrome de La Havane, parce que les premiers cas ont touché le personnel à l'ambassade des États-Unis à Cuba en 2016.

En mai, des responsables ont déclaré qu'au moins 130 cas dans l'ensemble du gouvernement faisaient l'objet d'une enquête, contre plusieurs dizaines l'année dernière.

L’hypothèse d’une maladie psychosomatique

Les personnes qui ont été touchées ont signalé des maux de tête, des étourdissements et des symptômes correspondant à des commotions cérébrales, certains nécessitant des mois de traitement médical. Certains ont signalé entendre un bruit fort avant l'apparition soudaine des symptômes.

Particulièrement alarmantes sont les révélations d'au moins deux incidents dans la région de Washington, dont un cas près de la Maison-Blanche en novembre, où un fonctionnaire a signalé des vertiges.

Bien que certains soient persuadés que les blessures sont le résultat d’attaques ciblées, d'autres pensent que le nombre croissant de cas pourrait en fait être lié à une maladie psychosomatique, où des personnes qui apprennent que d'autres personnes présentent des symptômes commencent à se sentir malades eux-mêmes.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !