•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival Juste pour rire poursuit sa quête de renouvellement

Barbada pose dans un costume de plumes noires et jaunes avec une fleur sur la tête.

Barbada est une figure centrale de la scène montréalaise de la drag depuis 16 ans.

Photo : Johan Jansson

Radio-Canada

Le Festival Juste pour rire a ouvert ses portes jeudi à Montréal avec une programmation en salle et en plein air intégrant une diversité de voix, mais aussi de spectacles, poursuivant ainsi le changement de sa programmation entamé il y a environ trois ans. 

Des visages moins connus côtoient ainsi des humoristes bien établis, comme Laurent Paquin ou encore Jean-Marc Parent. Parmi ces nouveaux talents se trouvent des humoristes issus de la diversité, dont le jeune Tai, mais aussi des personnes venues d’autres univers comme le romancier David Goudreault ou encore les drag queens Barbada et Rita Baga. 

Depuis 2-3 ans, on s’est donné comme mandat de se coller encore plus sur la société, sur ce que la nouvelle génération fait, et de s’ouvrir sur la diversité, a expliqué Patrick Rozon, vice-président au contenu francophone du Groupe Juste pour rire à Ariane Cipriani, chroniqueuse culturelle à l’émission Le 15-18.

Quand tu t’appelles un leader de l’humour, tu dois nécessairement faire découvrir tout ce qui se fait de nouveau et ce qui est au plus près de la société.  

L’adhésion du public

Ce virage aurait pu déstabiliser les personnes habituées du Festival Juste pour rire, mais non, selon Patrick Rozon. 

La première année [des soirées Carte Blanche], bien sûr que les gens qui venaient depuis 25-30 ans ont eu peur. Ils se sont dit : je ne connais pas les humoristes, a-t-il raconté. Après, tout le monde a fait : "c’est complètement nouveau et différent, j’aime ça". On n’a pas perdu d’abonnés.   

Ils adorent encore Lise Dion [qui est absente cette année], ils vont toujours aimer Lise Dion, et Lise Dion va toujours avoir sa place à Juste pour rire, a-t-il poursuivi. Généralement, quand tu aimes l’humour, tu n’aimes pas qu’un style d'humour. Catherine Éthier [qui fait partie de la programmation du festival] a un humour très incisif, comme Lise peut avoir, mais d’une autre manière.

Patrick Rozon se félicite d’avoir vu le Festival Juste pour rire attirer ces dernières années des personnes qui n’étaient encore jamais venues à l’événement.

Pour moi, ça ne faisait pas de sens d’être un fleuron québécois, un des plus grands festivals d'humour dans le monde et d’avoir encore des gens qui ne viennent pas le voir.  

Patrick Rozon

Patrick Rozon

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Vers plus de variétés

L’évolution se fait aussi sentir au niveau des styles d’humour. Si le stand-up reste très présent chez les artistes de la jeune génération qui se sont beaucoup abreuvés d'humoristes américains, les variétés commencent à faire leur retour chez les humoristes encore plus jeunes. 

Les finissants de Zoofest, qui vont être à Zoofest pour beaucoup d’entre eux cet été, commencent à avoir des shows de sketchs et des shows pas parlés, a expliqué Patrick Rozon, qui s’attend à voir revenir des spectacles mêlant stand-up et variétés comme a pu le faire Stéphane Rousseau. 

Selon lui, Arnaud Soly pourrait faire partie des humoristes amenés à sortir du stand-up ces prochaines années. Je pense qu’il veut commencer à utiliser ses autres talents comme la musique.

Le show drôlement musical imaginé par Alex Perron

De la musique, il y en a au spectacle Le show drôlement musical, qui est présenté gratuitement tous les soirs sur la Place Loto-Québec, à Montréal, jusqu’au 24 juillet. Toutefois, il est nécessaire de réserver sa place à l’avance sur le site de Juste pour rire. 

Mis en scène par l’humoriste Alex Perron, Le show drôlement musical mêle des chansons d’humour, comme Fantastique des Denis Drolet ou Les fesses d’Yvon Deschamps, à des succès populaires comme Les brunes ne comptent pas pour des prunes de Lio.

Ainsi, Le feu sauvage de l’amour, de RBO, est associé à Twist and shout, des Beatles, et Ça va bien, de Kathleen, s’entremêle avec Ça va mal, de Pierre-Yves Roy-Desmarais. 

C’est Patrick Rozon qui a demandé à Alex Perron de concevoir le spectacle. « Après cette année de pandémie, on dirait que la musique s’est imposée tout de suite, a précisé Alex Perron, au micro de Claudia Hébert, chroniqueuse culturelle à l’émission Tout un matin. Je me suis dit : ça va être festif, les gens vont pouvoir se lever, danser, chanter. » 

Il est assis sur un canapé.

L'humoriste québécois Alex Perron

Photo : Radio-Canada

Le show drôlement musical est interprété par quatre danseurs ainsi que quatre chanteurs, qui se produisent pendant 20 minutes quatre fois par soir. Trois tableaux différents de 20 minutes sont présentés au cours de la soirée et un tableau est repris une seconde fois. 

Le spectacle est animé par Barbada. Une autre drag queen, Rita Baga, animera quant à elle deux soirées Carte blanche avec Jean-Thomas Jobin le 23 juillet. 

Les drag queens sont plus associées à l’univers de la danse qu’à celui du rire, mais inclure Barbada et Rita Baga au Festival Juste pour rire était une évidence pour Patrick Rozon. À Juste pour rire, quand tu es drôle, tu as ta place, peu importe d’où tu viens. L’important, c’est que les gens soient drôles et qu’on veuille les découvrir.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !