•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Trifluviens se préparent pour les vacances de la construction

Deux personnes assises sur des chaises pliantes sur une plage.

Avec les nouvelles contraintes sanitaires, les endroits de rafraichissement de Trois-Rivières peuvent accueillir plus de personnes.

Photo : Radio-Canada / Yoann Dénécé

Radio-Canada

Les Trifluviens et Trifluviennes se préparent en vue des vacances de la construction, qui s’annoncent achalandées dans le contexte de déconfinement sanitaire dans lequel se trouve la province.

À l’approche de la saison estivale, la planification s’est avérée être la clé pour de nombreux vacanciers.

C’est planifié depuis longtemps, d’avance. Depuis trois ou quatre mois d’avance. [...] Parce que si on ne planifie pas d’avance, on a rien de disponible, mentionne un homme.

Pour d’autres, cependant, ces vacances se vivront spontanément.

Si ça fonctionne, ça fonctionne et, au pire, on trouve que c’est des plus belles vacances comme ça, pas planifiées, on part quand on part, on va où on veut, explique une mère entourée de ses trois enfants.

On va y aller au jour le jour, enchaîne un père de famille, qui explique vouloir parcourir le Québec dans les prochaines semaines.

L’île Saint-Quentin prête à accueillir plus de visiteurs

Que ce soit planifié ou non, plus de vacanciers pourront profiter de l’île Saint-Quentin et de ses installations, en vertu des nouveaux assouplissements sanitaires annoncés par le gouvernement provincial.

Les deux plages de l’île peuvent maintenant recevoir 300 personnes chacune alors que la piscine est en mesure d’accueillir 150 personnes. Cependant, si la situation devient hors de contrôle, l’organisation qui gère l’île n’écarte pas la possibilité de refuser l’accès à des visiteurs.

Mais c’est sûr que si on tombe dans un moment où les capacités, entre autres à la plage, débordent, les stationnements débordent, on voit qu’il y a beaucoup de gens, trop, en fait, on va intervenir, explique Josée-Anne Labrousse, directrice générale de la Corporation pour le développement de l’île Saint-Quentin.

Avec les informations de Raphaëlle Drouin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !