•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

FEQ : un deuxième vendredi à saveur pop avec Jonathan Roy et Marie-Mai

Marie-Mai sur scène en train de chanter.

Marie-Mai a présenté un spectacle initialement conçu pour les Francofolies de 2020.

Photo : Radio-Canada / Tanya Beaumont

Tanya Beaumont

Le dernier vendredi du Festival d’été était consacré à la musique pop avec Jonathan Roy et une prestation acoustique de Marie-Mai.

Pieds nus, portant une casquette à l’envers et un t-shirt blanc, Jonathan Roy semblait des plus décontracté pour ce retour à Québec. En plus d'être livrée devant 500 personnes en salle, la prestation était aussi offerte en version virtuelle.

Ayant développé un public international avec des reprises qu'il a diffusées sur Internet alors que la pandémie l’empêchait de monter sur scène, le chanteur s'est adressé à la foule en français et en anglais.

Après quelques morceaux seulement, le musicien s'est installé par terre, assis en tailleur, avec sa guitare. Au sol, il a interprété Iris, de Goo Goo Dolls avant de retourner à son répertoire.

Jonathan Roy regarde au loin en souriant.

Le chanteur Jonathan Roy était en entrevue juste avant sa prestation au Festival d'été de Québec 2021.

Photo : Radio-Canada / Olivier Bouchard

La foule a semblé apprécier le retour du chanteur sur ses deux pieds. Les rythmes reggae de You’re My Ace ont apporté un peu de chaleur à la pièce climatisée du Manège militaire. Le mercure a grimpé encore d’un cran avec la chanson suivante, une nouveauté très suave aux paroles évocatrices.

Juste avant d'entamer Walk Out On Me, le chanteur a confié que c’était une de ses compositions préférées. À voir le nombre de téléphones cellulaires avec la caméra en fonction pendant le refrain, on se dit qu'il n’était pas le seul.

Deux voix

La présence de Kim Richardson sur scène était un ajout indéniable à la performance. Un point fort du spectacle : l’harmonie entre la puissance soul de Kim et le grain de voix de Roy.

Selon l'ancien hockeyeur, sur les 60 millions de visionnements de Keepin' Me Alive sur YouTube, au moins la moitié sont grâce à la voix de Kim!

Ce n’est d’ailleurs qu’à la toute fin du rappel qu’on a pu entendre la chanson à succès. C'était « LE » titre que plusieurs attendaient...

Marie-Mai face à la musique

Marie-Mai proposait son spectacle acoustique conçu pour les Francofolies de Montréal à l’automne 2020. Sans surprise, l’âge moyen de la salle a baissé quelque peu pour la deuxième prestation de la soirée.

L’exercice lui donnait l'occasion de revisiter son répertoire. Alors que les albums s’accumulent, certaines chansons tombent aux oubliettes sans qu'on le veuille, détrônées par les nouveaux succès. C’est le cas de Laissez-moi dormir, qui a été remise de l’avant pour ce concert.

Cette proposition acoustique se voulait loin du feu de camp avec une mise en scène et de nouveaux arrangements. Pourtant, la guimauve n’était peut-être pas si loin pour Sans cri ni haine. Avec la guitare dominante et les voix de la foule à l'unisson, on pouvait presque sentir l’odeur de la fumée et la chaleur des flammes!

Sans artifice

Marie-Mai et ses musiciens ont joué des versions épurées, mais pas pour autant sans saveur.

Les nouveaux arrangements laissaient place aux mélodies et à la voix de la vedette pop. Sous la direction musicale de Liu Kong Ha, le son du piano, de la guitare et des percussions semblaient au service des paroles.

Sans être usées, certaines chansons de Marie-Mai ont beaucoup été entendues. Les versions du spectacle acoustique permettaient de les redécouvrir sous un nouveau jour. Le piano grave donnait un ton rudement dramatique au succès Mentir. Une montée musicale épique donnait des airs théâtraux à C’est moi.

Vendredi soir, c’était Marie-Mai l'interprète qui était sur scène. L’acoustique lui allait bien. Très bien.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !