•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élus locaux appuient le projet de 150 logements à Rimouski

Croquis de deux bâtiments qui seraient construits sur le site de l'église Sainte-Agnès de Rimouski.

Le projet proposé serait composé de trois bâtiments angulaires avec une cour intérieure et des aires communes.

Photo : Gracieuseté de la famille Dionne et du Groupe Immobilier Tanguay

Alice Proulx

Le projet de 150 logements pour remplacer l'église de Sainte-Agnès de Rimouski est accueilli à bras ouverts par des élus locaux.

Les promoteurs du projet, Kina et Bianca Dionne ainsi que le Groupe immobilier Tanguay, ont annoncé qu'ils souhaitent construire trois immeubles à logements. Le projet est évalué à près de 30 millions de dollars.

Les sœurs Dionne ont acquis l'église et son terrain en janvier dernier. Au départ, elles évoquaient l'idée d'y aménager une résidence intermédiaire, mais elles se sont finalement réorientées vers une offre de service locative et résidentielle.

Croquis de trois bâtiments de logements qui seront construits sur le site de l'église Sainte-Agnès à Rimouski.

Les trois bâtiments seront positionnés pour favoriser la lumière naturelle à l'intérieur des logements et pour ne pas obstruer la vue vers le fleuve.

Photo : Gracieuseté de la famille Dionne et du Groupe Immobilier Tanguay

Il est prévu dans le projet d'offrir des logements de tailles différentes, un stationnement souterrain et une cour intérieure. La vue sur le fleuve a été prise en considération lors de l'élaboration des plans.

L'église et le presbytère seraient ainsi complètement démolis.

Un projet bien reçu

Le maire de Rimouski, qui appuie le projet, souligne que celui-ci a été pensé pour s'harmoniser dans le décor de la ville.

C’est vraiment réfléchi pour être un milieu de vie en harmonie avec le fleuve, l’environnement et la beauté du paysage.

Une citation de :Marc Parent, maire de Rimouski
Le maire Marc Prent en entrevue

Le maire de Rimouski, Marc Parent (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

J’ai espoir que la population rimouskoise va réaliser la beauté de ce projet et l’importance d’aller de l’avant le plus rapidement possible parce qu’on vit une crise du logement majeure à Rimouski, explique-t-il.

Le candidat à la mairie de Rimouski, Guy Caron, abonde dans le même sens en soutenant que ce projet répondra à un besoin en logements, tout en dynamisant le secteur.

Le quartier est relativement dévitalisé et on a besoin de créer une densification et une mixité entre le commercial et le résidentiel pour assurer une redynamisation du secteur, avance M. Caron.

Guy Caron répond aux questions d'un journaliste dans son ancien bureau.

Guy Caron est candidat à la mairie de Rimouski (archives).

Photo : Radio-Canada

La présence d’une plus grande densification va permettre à plus de services et de commerces de proximité de pouvoir s’y établir.

Une citation de :Guy Caron, candidat, mairie de Rimouski

Il ajoute que l'acceptabilité sociale, qui est au cœur même de la démarche des promoteurs, demeure une bonne façon d'apporter des modifications au projet, s'il y a lieu.

Il n’y aura jamais de projet parfait qui va pouvoir accueillir 100 % d’unanimité de la part de la population, mais s’il y a des critiques qui sont constructives, je suis persuadé que le groupe va en prendre connaissance et, au besoin, intégrer les changements qui pourraient être désirables, affirme le candidat.

Virginie Proulx, candidate à la mairie de Rimouski, est du même avis.

Ce que j’apprécie particulièrement, c’est que les promoteurs ont décidé de consulter la population et de regarder avec elle la meilleure façon d’intégrer dans le milieu ce nouveau projet, lance-t-elle.

Virginie Proulx, conseillère municipale du district du Bic de la Ville de Rimouski

Virginie Proulx, candidate à la mairie de Rimouski (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Elle croit également qu'en plus de répondre à la crise du logement, ce projet mettra en valeur une partie de la Ville.

Une résidente du quartier, Denise Héon, estime aussi que le projet redonnera de la vie au secteur.

Une résidente du quartier, Denise Héon.

Denise Héon, une résidente du quartier, croit que le projet devrait aller de l'avant.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Je trouve que c’est une bonne idée parce que garder un bâtiment pour le symbole… Il faut que l'église serve à quelque chose, mentionne-t-elle.

Josée Blanchet, aussi résidente, soutient que les trois immeubles changeront pour le mieux l'allure du quartier.

Une résidente du quartier, Josée Blanchet.

Josée Blanchet est en faveur du projet de 150 logements à Rimouski.

Photo : Radio-Canada / Isabelle Damphousse

Il faut que Rimouski ait quelque chose de beau, qu’on arrive et qu'on fasse ‘’wow’’, parce que je pense qu’il y a un petit manque, s'exclame-t-elle.

Un projet, plusieurs étapes

Afin que le projet puisse aller de l'avant, les promoteurs devront procéder à une demande officielle à la Ville. Une période de consultations se tiendra par la suite et, en fonction des résultats, le projet sera adopté ou révisé.

Comme toutes modifications au zonage, c’est passible d’un processus d’adoption référendaire dans l’éventualité qu’il y ait de l’opposition, explique Marc Parent.

Le maire précise que le projet tiendra compte du Règlement sur les projets particuliers de construction, de modification ou d'occupation d'un immeuble (PPCMOI), qui vise à permettre la réalisation d'un projet même s'il déroge des règlements d'urbanisme.

La construction du projet pourrait commencer au printemps 2022 pour une livraison de la phase 1 à l’été 2023.

Avec les informations d'Isabelle Damphousse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !