•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du renfort du Mexique pour lutter contre les feux de forêt du Nord de l’Ontario

Des pompiers près d'un avion.

Les pompiers mexicains arriveront à Toronto samedi matin.

Photo : Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Radio-Canada

Plus d’une centaine de pompiers et employés de soutien mexicains prêteront main-forte aux garde-feux ontariens qui combattent les incendies de forêt dans le Nord-Ouest de la province.

Les équipes mexicaines arriveront à Toronto samedi, où elles assisteront à des séances d’information, notamment sur les protocoles sanitaires, avant d’être déployées dans le Nord-Ouest.

Pour limiter la propagation de la COVID-19, les pompiers mexicains ne côtoieront pas leurs homologues ontariens.

Deux douzaines de pompiers posent avec un drapeau mexicain sur une roche dans les bois.

Le Mexique avait aussi envoyé une délégation de pompiers pour prêter main-forte aux pompiers ontariens qui combattaient le feu Parry Sound 33, en 2018. (Archives)

Photo : Ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario

Le déploiement est coordonné par le Centre interservices des feux de forêt du Canada (CIFFC).

L’objectif est de veiller à ce que les ressources soient distribuées quand et où elles sont les plus nécessaires, a déclaré Kim Connors, directeur général du CIFFC.

Nous sommes remplis de gratitude envers les pompiers et pompières de l’Ontario et tous celles et ceux qui les soutiennent et protègent avec courage nos collectivités du Nord, a dit Greg Rickford, ministre du Développement du Nord, des Mines, des Richesses naturelles et des Forêts.

Risque extrême d’incendie

Le risque d’incendie est extrême pour une grande partie du Nord-Ouest de l’Ontario, à l’exception entre autres des secteurs de Kenora, de Thunder Bay et du lac Nipigon, où le risque est élevé.

Le risque est faible dans le Centre et le Moyen-Nord de l’Ontario, où il est tombé beaucoup de pluie dans les derniers jours.

Une carte du Nord de l’Ontario.

Vendredi matin, le risque d’incendie était extrême pour une grande partie du Nord-Ouest de l’Ontario.

Photo : Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Environnement Canada a diffusé des avertissements de chaleur pour les secteurs suivants : Kenora, Dryden, Red Lake, Fort Frances, Pikangikum, Pickel Lake et Sioux Lookout.

L’accès à certains chemins forestiers est restreint et une interdiction d’allumer des feux demeure en vigueur pour une grande partie du Nord de l’Ontario.

À Red Lake, des gicleurs ont été installés à plusieurs endroits, dont autour de l’hôpital Margaret Cochenour Memorial, raconte la directrice de l’établissement, Sue LeBeau.

Il y a toujours une odeur de fumée, a-t-elle affirmé vendredi matin. La qualité de l’air varie beaucoup, selon la direction du vent.

Je regarde par terre et j’ai de la cendre. Mon auto est pleine de cendre aussi et des fois il pleut de la cendre. C’est la seule pluie qu’on a eue dans la dernière semaine.

Une citation de :Sue LeBeau, directrice de l’hôpital Margaret Cochenour Memorial

Aucun ordre d’évacuation n’a été donné pour l’instant, mais plusieurs personnes sont parties de leur propre gré. Les activités non essentielles de la mine d’or de Balmertown ont été suspendues.

Un lever de soleil à Red Lake.

Le soleil est en partie bloqué par la fumée des feux de forêt près de Red Lake.

Photo : Sue LeBeau

Neuf patients ont été transférés vers d’autres hôpitaux de la région par précaution, affirme Mme LeBeau.

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts a détecté 16 nouveaux incendies de forêt jeudi, dont 14 dans le Nord-Ouest de la province, où plusieurs communautés ont été évacuées ou se préparent à le faire.

Nombre d'évacués, en date du 14 juillet :

  • 560 personnes de la Première Nation de Poplar Hill

  • 550 personnes de la Première Nation de Deer Lake

  • 590 personnes de la Première Nation de Pikangikum

Selon CBC, la Première Nation de Deer Lake a demandé une évacuation complète. Pour l'instant les personnes les plus vulnérables ont quitté la communauté.

Les personnes évacuées ont été accueillies par plusieurs communautés, dont Sudbury, Timmins, Thunder Bay, Kapuskasing, Dryden, Cochrane et Cornwall.

Avec les informations de Frédéric Projean, et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !