•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le conseil de bande de Mashteuiatsh.

Les bureaux du conseil de bande de Mashteuiatsh

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Paul

Radio-Canada

Il n’y a plus de discussion possible entre les communautés autochtones de Mashteuiatsh, Pessamit et Essipit et GNL Québec. Les Innus du Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord répondent ainsi au président de la compagnie, qui souhaitait de son côté poursuivre les pourparlers.

À Mashteuiatsh, Essipit et Pessamit, nous avons la conviction que si nous acceptions les projets de GNL Québec, nous manquerions à tous nos devoirs envers ce territoire où nos ancêtres sont installés depuis des millénaires et où nous détenons des droits ancestraux et des titres innus, dit Charles-Édouard Verreault dans un communiqué.

Notre position est que le projet GNL n'est pas un projet pour l'avenir.

Une citation de :Charles-Édouard Verreault, vice-chef de Mashteuiatsh

Les Innus estiment que le projet de GNL Québec est inacceptable sur le plan environnemental. Ils dénoncent l’utilisation de la fracturation hydraulique comme procédé d’extraction du gaz naturel.

Par ailleurs, et comme le mentionne le rapport du BAPE, nous avons constaté qu'il n'existe aucun moyen efficace pour GNL Québec de s'assurer que le gaz naturel liquéfié servirait effectivement de substitut à des combustibles plus polluants dans les marchés d'exportation visés. Impossible, donc, pour la compagnie de rencontrer ses engagements en matière de diminution globale des gaz à effet de serre (GES), pas plus que les conditions fixées par le gouvernement pour donner le feu vert aux projets, ajoute le vice-chef de Mashteuiatsh.

Procédures judiciaires envisagées

Les communautés autochtones attendent l’annonce de la position du gouvernement du Québec au sujet du projet. Elles n'excluent pas l'idée de lancer des procédures judiciaires pour empêcher sa réalisation. On va mettre tout en œuvre pour s'assurer que le ce projet-là ne voit pas le jour sur le territoire des Innus, c'est notre position, a fait savoir Charles-Édouard Verreault en entrevue à Radio-Canada.

Le projet de GNL Québec, par le tracé du gazoduc et l'exportation du gaz naturel liquéfié par le Saguenay, se trouve sur leur territoire ancestral commun.

En mai, les communautés innues du Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord avaient fait connaître leur opposition officielle au projet. Cette position avait été prise après l’analyse du rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Avec les informations de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !