•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces chevaux nains à Terre-Neuve qui changent de couleur

Kit, une ponette de Terre-Neuve.

La couverture de certains poneys de Terre-Neuve devient rouanne pendant l'été, le résultat d'un trait génétique rare.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Kit, une ponette de Terre-Neuve à Cupids, dans la péninsule d’Avalon, est parmi les 20 dernières membres de sa race avec un trait génétique unique : elle change de couleur avec les saisons.

En hiver, elle a une couverture brune. Mais en été, sa robe devient rouanne, un mélange de poils blancs et beiges.

Il y a déjà eu des propriétaires de poneys qui se sont trompés, à cause du changement de couleur, et qui sont retournés chez eux avec le mauvais cheval, raconte Tammy Webber, membre de l’Association du poney de Terre-Neuve, qui lutte pour protéger les chevaux nains.

Quand il y a un poney avec ce trait génétique, nous nous efforçons de l’accoupler avec un autre poney pour nous assurer que la population ne perde pas ces gènes.

Une citation de :Tammy Webber, membre, Association du poney de Terre-Neuve

On ne voit ce trait que dans certaines races de cheval, explique-t-elle.

Tammy Webber.

Tammy Webber est membre de l'Association du poney de Terre-Neuve

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

Une race de cheval menacée de disparition

Dans les années 1970, il y avait environ 12 000 poneys de Terre-Neuve sur l’île. Mais au cours des 20 années suivantes, les Terre-Neuviens ont commencé à vendre leurs poneys et à les remplacer avec des tracteurs, des voitures et des véhicules tout terrain. Des milliers de poneys ont été vendus pour leur viande et envoyés aux abattoirs.

Aujourd’hui, il ne reste qu’environ 500 poneys de Terre-Neuve en Amérique du Nord.

Quand les colons britanniques sont arrivés à Terre-Neuve aux 17e et 18e siècles, ils ont apporté leurs poneys avec eux. Au cours des générations suivantes, ces chevaux ont développé des caractéristiques uniques : un cou très fort et un dos plus court pour tirer le bois, une queue plus longue pour se protéger pendant l'hiver, et une mâchoire plus solide pour aider dans la digestion de la végétation terre-neuvienne.

Malgré ces nouvelles caractéristiques, certains poneys ont conservé des traits génétiques qui les font changer de couleur selon le moment de l’année. Tammy Webber croit que ce trait doit permettre aux poneys de rester plus chaud pendant l’hiver et de se refroidir pendant l’été.

Kit, une ponette de Terre-Neuve.

La robe de Kit, une ponette de Terre-Neuve, à Cupids, devient brune en hiver.

Photo : Radio-Canada / Patrick Butler

L’Association garde actuellement huit poneys, dont Kit, à son pâturage à Cupids, à 85 km à l’ouest de Saint-Jean.

Elle espère créer un refuge à Hopeall, dans le nord-ouest de la péninsule d’Avalon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !