•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici ce que vous devez savoir avant de voyager à l’étranger

Des voyageurs attendent près d'une clinique de dépistage à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Des voyageurs attendent près d'une clinique de dépistage à l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Sans préparation, le passage à la frontière peut devenir un véritable casse-tête, avec le risque de devoir passer par la case « quarantaine à l’hôtel » en cas de preuves d’exemption manquantes ou inadéquates au retour. Pour limiter l’attente et les sueurs froides, voici ce que vous devez savoir avant de partir en voyage.

Les touristes étrangers ne sont toujours pas admis au pays, mais les Canadiens sont, dans les faits, autorisés à voyager. À l’heure actuelle, le gouvernement fédéral continue néanmoins de leur demander d’éviter les déplacements non essentiels à l’extérieur du pays.

Depuis le 5 juillet, les voyageurs entièrement vaccinés qui sont autorisés à entrer au Canada ne sont pas tenus de séjourner dans un hôtel désigné par le gouvernement ni d’effectuer une quarantaine ou un test de dépistage de la COVID-19 au huitième jour de leur arrivée. Encore faut-il apporter toutes les pièces justificatives requises pour s'en prévaloir.

Vaccinés ou non vaccinés

Pour être admissible à l’exemption d’hôtel et de quarantaine, il faut prouver avoir reçu toutes les doses nécessaires d’un vaccin approuvé par Santé Canada, à savoir : Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca-COVISHIELD et Janssen-Johnson & Johnson.

Il faut aussi avoir reçu sa dernière dose vaccinale au moins 14 jours avant l’entrée au pays. Par exemple, si la dernière dose a été reçue dans la journée du 1er juillet, alors le 15 juillet serait le premier jour où la personne vaccinée respecte la condition des 14 jours.

Les voyageurs peuvent avoir reçu leur vaccin dans n’importe quel pays, mais doivent fournir un document justificatif relatif à leur vaccination en français, en anglais ou avec une traduction certifiée.

De nombreux voyageurs ne réservent pas d'hôtels

Entre le 5 et le 15 juillet, 2499 voyageurs arrivant au Canada par avion ont été dirigés vers l'Agence de la santé publique du Canada parce qu'ils n'avaient pas fait la réservation requise dans un hôtel autorisé par le gouvernement. Ce chiffre comprend les personnes qui croyaient pouvoir éviter la quarantaine, mais qui ne répondaient pas aux critères.

De plus, lors de cette période, la preuve de vaccination de 225 voyageurs qui sont arrivés par voie aérienne a nécessité une vérification plus approfondie.

Les voyageurs qui entrent au Canada par voie aérienne ou terrestre doivent utiliser l’application ArriveCAN pour soumettre leurs renseignements dans les 72 heures avant l’arrivée au Canada.

Quant aux voyageurs qui ne sont pas entièrement vaccinés, aucun changement n’est apporté aux mesures actuelles. Ils doivent toujours se soumettre à une quarantaine de 14 jours, laquelle débute par un séjour de trois nuits dans un hôtel approuvé par le gouvernement, payé à leurs frais.

Le non-respect de cette exigence pourrait entraîner une amende.

Des panneaux de l'Agence de la santé publique du Canada à l'aéroport.

Certains voyageurs entièrement vaccinés et admissibles peuvent prétendre à une exemption de quarantaine.

Photo : Radio-Canada / Maud Cucchi

Les incontournables tests

En outre, tous les voyageurs âgés de cinq ans et plus, y compris ceux qui sont entièrement vaccinés, doivent fournir la preuve d’un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19 avant l’embarquement.

Le test de dépistage doit être effectué dans les 72 heures précédant l’heure de départ prévue du vol à destination du Canada. En ce qui a trait aux vols de correspondance, cette mesure s’applique à l’heure de départ prévue du dernier vol direct pour le Canada.

Le résultat à un test de dépistage accepté (format papier ou électronique), doit comprendre les informations suivantes :

  • Le nom du voyageur et sa date de naissance
  • Le nom et l’adresse du laboratoire, du centre ou des installations qui ont effectué le test
  • La date à laquelle le test a été effectué
  • Le type de test effectué
  • Les résultats du test de dépistage

À l’arrivée, un autre test de dépistage est effectué à l'aéroport, ce qui occasionne des délais d'attente supplémentaires, prévient Anne-Sophie Hamel, porte-parole d'Aéroports de Montréal (ADM).

Les personnes entièrement vaccinées n'ont pas à se placer en quarantaine en attendant les résultats de ce dernier test.

Des voyageurs subissent un test de dépistage contre la COVID-19 dans une salle d'un hôtel transformé pour l'occasion.

Les voyageurs sont dirigés vers l’hôtel Marriott (situé à l’aéroport international de Montréal) pour faire un test obligatoire de dépistage contre la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Les accrocs à prévoir

Dans l'attente de l'assouplissement des mesures sanitaires destinées aux voyageurs aériens, il faut bien souvent s'armer de patience à l'arrivée, et ce malgré la fatigue du voyage.

En effet, si les différentes bornes installées à l'arrivée de l'Aéroport International Montréal-Trudeau permettaient un passage en 10 minutes, explique Mme Hamel, les procédures actuelles alourdies par les mesures sanitaires peuvent prendre plus de 2 h avant de sortir, avertit-elle.

Imaginez n’importe quelle clinique de dépistage qui devrait traiter 3000 patients en deux heures… Il y aurait des débordements, de l’attente, et c’est ce qui se passe à YUL.

Une citation de :Anne-Sophie Hamel, porte-parole d'Aéroports de Montréal

L'aéroport a organisé deux cliniques de dépistage à l'arrivée, l'une pour les passagers vaccinés et l'autre pour ceux qui ne le sont pas, avec 28 postes de prélèvement.

ADM souhaite que la réouverture des frontières internationales s'accompagne d’un certain assouplissement des mesures de contrôle des passagers entièrement vaccinés, ajoute Mme Hamel.

En outre, les longs déplacements entre les différentes sections, à la descente d'avion, peuvent s'avérer problématiques pour les passagers à mobilité réduite.

Des employés, sur place, sont disponibles afin d'aider les voyageurs, indique Mme Hamel, tout en conseillant de contacter au préalable les compagnies aériennes afin d'obtenir du soutien.

Par ailleurs, l'absence d'une preuve requise – comme celle de l'administration de la 1re dose de vaccin, même si l'on démontre avoir reçu la 2e – peut compliquer les procédures frontalières aux douanes.

Certains voyageurs exemptés ont également continué à recevoir des messages d’ArriveCAN après leur arrivée au Canada, leur demandant une mise à jour de leur état de santé, et ce même s'ils n'avaient plus besoin d'y répondre.

Quant aux voyageurs qui arrivent au Canada par voie terrestre, ils devraient prévoir la possibilité d'un temps de traitement supplémentaire lorsqu'ils traversent la frontière en raison des mesures de santé publique renforcées, affirme l'Agence des services frontaliers du Canada.

Selon Ottawa, les frontières entre le Canada et les États-Unis pourraient être ouvertes aux citoyens américains au mois d’août et aux autres voyageurs étrangers au mois de septembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !