•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Î.-P.-É. s’ouvre aux Canadiens sans atteindre son objectif de vaccination

Les bagages d'un voyageur. Un masque bleu est posé sur la valise.

Les visiteurs provenant de l'extérieur de l'Atlantique qui sont entièrement vaccinés doivent obtenir le laissez-passer vaccinal de l'île et subir un test de dépistage à la frontière.

Photo : Getty Images / Elena Leonova

Les résidents de l’extérieur de l’Atlantique qui ont reçu les deux doses du vaccin contre la COVID-19 n'auront plus à s'isoler en entrant à l'Île-du-Prince-Édouard à compter de dimanche, et ce, malgré un objectif de vaccination pas encore atteint.

Chez les Prince-Édouardiens de 12 ans et plus, 38 % sont entièrement vaccinés contre la COVID-19. Selon la Dre Heather Morrison, la médecin hygiéniste en chef de l’île, 40 % devraient l'être d'ici dimanche. Mais, la province voulait que 50 % aient reçu deux doses du vaccin avant de passer à cette étape.

Les autorités de l’Île-du-Prince-Édouard assurent que les mesures sanitaires en place seront suffisantes pour éviter des éclosions.

Ces personnes ne doivent pas s’isoler en arrivant ici, mais elles doivent être testées, alors on réduit les risques parce qu’ils doivent aussi avoir les deux vaccins contre la COVID-19.

Une citation de :Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l’île
La Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l’île, lors de son point de presse le 15 juin 2021.

La Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef de l’île, explique que les règles concernant les voyages dans sa province sont plus sévères que celles d'autres provinces.

Photo : Radio-Canada

D'après la Dre Morrison, les exigences imposées aux résidents de l’extérieur de l’Atlantique seront plus sévères que celles imposées par d’autres provinces de la région et serviront à éviter une recrudescence de la COVID-19 dans la province.

Ces voyageurs doivent notamment obtenir le laissez-passer vaccinal de l’île, le PEI Pass, et subir un test de dépistage rapide aux frontières.

La Dre Morrison rappelle aussi que la quarantaine de huit jours sera exigée pour les personnes qui sont partiellement vaccinées ou non vaccinées.

En date de jeudi, plus de 24 000 demandes pour le PEI Pass avaient été soumises par des résidents de l’extérieur des provinces de l'Atlantique.

Les règles concernant les voyages pour les résidents des provinces atlantiques demeurent inchangées à l’île.

Deuxième dose ailleurs en Atlantique*

  • Nouveau-Brunswick : 56,9 %
  • Nouvelle-Écosse : 46,8 %
  • Terre-Neuve-et-Labrador : 37,38 %

* Ne tient compte que de la population admissible

La vaccination des plus vulnérables

Les autorités de l’Île-du-Prince-Édouard rappellent aussi que la majorité des Insulaires de 60 ans et plus, qui sont plus vulnérables à la COVID-19, ont déjà reçu leurs deux doses du vaccin.

D'après les données de la province, 95 % des Prince-Édouardiens de 80 ans et plus et 89 % des septuagénaires sont entièrement immunisés.

Selon la Dre Morrison, ces données encouragent la province à continuer de déconfiner.

Plus de 86 % des Insulaires admissibles sont déjà partiellement vaccinées.

Une troisième dose ?

Interrogée sur la possibilité d’inoculer une troisième dose du vaccin contre la COVID-19, la Dre Morrison a déclaré qu’elle s’attend à ce que les Insulaires en aient besoin éventuellement.

Elle indique néanmoins que la province attend toujours les consignes du Comité national consultatif de l’immunisation sur une possible troisième campagne de vaccination.

Depuis quelques semaines, certains pays réfléchissent à la possibilité d’offrir une troisième dose du vaccin afin de renforcer la protection immunitaire contre les variants de la COVID-19, notamment le variant Delta.

Néanmoins, des experts assurent qu'il faut encore démontrer l’efficacité d’une troisième injection.

Avec des informations de Julien Lecacheur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !