•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les éleveurs de bétail du Manitoba inquiets de la sécheresse

Deux vaches dans un champ touché par la sécheresse.

Une productrice de bétail de la région d'Entre-les-Lacs, Dianne Riding, dit que son troupeau souffre de la sécheresse.

Photo : Avec la gracieuseté de / Dianne Riding

Radio-Canada

Les producteurs de bétail du Manitoba craignent le pire et peinent à s’occuper de leurs bêtes avec la sécheresse qui touche la province. Ils réclament de l'aide gouvernementale.

Le président de l’Association des producteurs de bœufs du Manitoba, Tyler Fulton, explique que les pâturages sont asséchés et que les animaux n’ont plus rien à brouter.

Il affirme que la stabilité économique des producteurs s’en trouve durement touchée.

Nos plus grosses craintes sont en train de se réaliser. On a des producteurs qui sont obligés de vendre leurs animaux et dans certains cas, tout leur troupeau, indique M. Fulton.

L’Association des producteurs de bœufs du Manitoba réclame de l’aide gouvernementale.

Tyler Fulton souhaiterait que les producteurs soient admissibles au programme fédéral de report de l’impôt sur le bétail.

Cette mesure permettrait aux producteurs des régions touchées par la sécheresse de reporter le paiement de l’impôt sur la vente d'une partie ou de la totalité de leur cheptel.

À long terme, M. Fulton aimerait que les membres de son association puissent bénéficier d’un programme gouvernemental pour récupérer les pertes économiques engendrées par la sécheresse.

Il insiste également sur les répercussions de telles conditions sur la santé mentale des agriculteurs et producteurs de bétail.

Incertitude pour le futur

Une productrice de bovins de la région d’Entre-les-Lacs redoute de perdre tout son troupeau. Dianne Riding raconte que pour la première fois de sa vie, elle pourrait ne posséder aucune bête.

Les dernières fois où ç'a été difficile, on était capables de faire un plan. Cette fois-ci, je ne sais pas ce que devrait être le plan, déclare la productrice.

Ma plus grande crainte est de manquer d’eau en arrosant le pâturage. Est-ce que les puits vont tomber à sec?

Une citation de :Dianne Riding, productrice de bovins

Elle dit avoir commencé à nourrir ses bêtes de suppléments, ce qu'elle ne fait pas habituellement en juillet, mais plutôt à l’automne, lorsque les champs n’offrent pas les récoltes nécessaires au pâturage.

C’est la quatrième année d'affilée que Mme Riding doit composer avec la sécheresse. Elle tente de maintenir un troupeau de 125 bêtes, mais elle s’est résignée à en vendre.

Elle raconte que l’irrigation n’est pas possible, puisque ses cinq étangs artificiels sont à sec. Elle s'estime néanmoins chanceuse de compter sur deux puits sur sa propriété.

Ralph Eichler, qui a été nommé jeudi ministre de l’Agriculture du Manitoba, a déclaré que la province agirait rapidement et qu’elle répondrait aux besoins des agriculteurs en temps opportun.

Avec les informations de Renée Lilley

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !