•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Poursuite au civil contre un ancien policier de la GRC accusé de meurtre

Portrait de Bernie Herman en uniforme de la Gendarmerie royale du Canada. (archives)

L'agent de la GRC Bernie Herman fait face à une accusation de meurtre au premier degré de Braden Herman. (archives)

Photo : PAnow

Radio-Canada

L’ancien policier de la GRC Bernie Herman, accusé de meurtre prémédité de Braden Herman, est poursuivi au civil par le frère de la victime de 26 ans.

Selon la déclaration déposée à la Cour du Banc de la Reine de Regina, la Gendarmerie royale du Canada est aussi visée. Le demandeur estime que le corps policier aurait dû savoir que son gendarme chevronné représentait un danger pour autrui.

La GRC employait une personne instable, connue de la GRC pour son instabilité, qui, pour des raisons inconnues, utilisait son autorité d'agent de la GRC sur un garçon de 26 ans, peut-on lire dans la déclaration déposée jeudi.

Le corps de la victime de 26 ans a été retrouvé en mai dernier dans un secteur boisé de Prince Albert, dans le nord de la Saskatchewan, où l’ancien policier de 5  ans travaillait.

Les deux hommes portaient le même nom de famille, venaient de la même région du nord de la Saskatchewan et se connaissaient, mais n'avaient aucun lien de parenté.

Cette poursuite au civil survient un mois après que l’ancien policier a plaidé non coupable. La prochaine audience doit avoir lieu en décembre.

La victime craignait pour sa sécurité

Le frère de la victime, Brett Herman, soutient que son frère a été harcelé pendant des années en se rendant régulièrement chez lui.

Braden [Herman] craignait pour sa sécurité aux mains de Bernie [Herman], peut-on lire dans la déclaration.

Un porte-parole de la GRC a déclaré que le corps policier n'avait aucun commentaire à faire sur la poursuite pendant que l'affaire est devant les tribunaux. L'avocat de l’ancien gendarme, Brad Mitchell, a également refusé de commenter.

Le frère de la victime allègue que l’ancien policier de la GRC lui a causé des blessures, égratignures, des bleus et même un poignet cassé. Toujours selon la déclaration, Braden Herman aurait quitté son emploi en raison du stress généré par la situation.

Voilà donc un agent de la GRC qui va vers lui, le voit, le frappe, le bat, fait toutes sortes de choses. Il se présentait en uniforme et utilisait le pouvoir de la GRC dans son approche dominatrice, s'indigne Me Tony Merchant, l'avocat qui a déposé la plainte au nom du frère de la victime.

La famille de la victime réclame des dommages-intérêts pour le paiement de frais médicaux, les frais funéraires et les services de soutien au deuil. La famille demande également des dommages-intérêts spéciaux et punitifs. Selon Me Merchant, la GRC n'a pas offert de tels dommages à la famille.

Des éléments de l’enquête divulgués

Le Service de police de Prince Albert enquête sur la mort de Braden Herman.

Il s'engage à mener une enquête approfondie et transparente, puis à divulguer plusieurs résultats préliminaires de l'enquête.

Le pistolet de service a été saisi ainsi que d'autres équipements de recours à la force, mais l'arme utilisée lors de l'infraction ne peut être confirmée pour l'instant.

Bien que l’ancien policier de 51 ans n'était pas en service au moment de l'infraction, il aurait quitté le travail en uniforme complet, y compris en portant sa ceinture de service.

Les enquêteurs continuent de recueillir des déclarations afin de mieux comprendre non seulement la nature de leur relation, mais aussi la motivation possible de l'infraction.

Avec les informations de Guy Quenneville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !