•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festicam de Saint-Honoré partira avec les gradins de la Zone portuaire de Chicoutimi

Des estrades vétustes.

Saguenay économisera ainsi 30 000 $.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les gradins situés devant la grande scène de la Zone portuaire de Chicoutimi ne seront pas démolis comme prévu. Ils seront plutôt récupérés par l’organisation du Festicam de Saint-Honoré, qui les réparera et les utilisera pour ses prochaines éditions.

À la fin du mois de mai, le président de l’arrondissement de Chicoutimi, Michel Tremblay, avait fait part de la décision de la Ville de démanteler les estrades installées il y a une vingtaine d’années et devenues désuètes.

Au terme d’une évaluation menée par le service des immeubles, les gradins avaient été jugés vétustes et dangereux. Il faut comprendre que des analyses sont en cours pour le réaménagement de l’espace spectacle de la Zone portuaire dès l’an prochain. Le retrait des vieux gradins permettra d’accueillir environ 3000 festivaliers de plus.

Des estrades et une place publique où son présentés des spectacles.

Les estrades sont jugées vétustes et dangereuses pour le public.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Président de l’arrondissement de Chicoutimi, Michel Tremblay explique que c’est l’organisation du festival de camionnage qui a communiqué avec lui afin de savoir s’il était possible de récupérer les gradins.

Il nous ont demandé s’ils pouvaient venir les chercher, s’en occuper et tout faire eux-mêmes. Au début, on trouvait ça un peu compliqué est nos services n’étaient pas trop d’accord. Je leur ai dit : "Écoutez, on n’est pas responsable, on leur donne. Ils vont s’organiser. C’est du monde qui ont des compagnies. Ils connaissent ça", a expliqué Michel Tremblay.

Le démantèlement et la démolition des estrades devaient engendrer des dépenses de 30 000 $, une somme qui demeurera dans les coffres municipaux en raison du don au Festicam.

Pour permettre à l'événement honorien de mettre la main sur les installations, l’autorisation du comité exécutif de Saguenay était requise, ce qui s’est concrétisé lors d’une assemblée tenue jeudi après-midi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !