•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination et rentrée : différentes approches dans les collèges et universités d’Ottawa

Des immeubles avec des arbres devant.

Les étudiants vivant dans les résidences de l'Université d'Ottawa devront être vaccinés.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

À plus d’un mois de la rentrée scolaire 2021-2022, les établissements scolaires se penchent sur la position à prendre en ce qui a trait à la vaccination des étudiants et du personnel. Doit-on l’obliger ou simplement la recommander?

Les collèges et les universités de l’Ontario qui reçoivent du financement provincial doivent gérer cette question de manière indépendante, a précisé un porte-parole de Jill Dunlop, la ministre des Collèges et Universités.

Pour assurer la sécurité des étudiants, du corps professoral et du personnel, chaque école de l'Ontario a mis en place un programme approuvé par le médecin hygiéniste local, explique-t-on.

Voici le portrait des établissements de la région d’Ottawa.

Vaccination obligatoire à l'Université d’Ottawa

La vaccination contre la COVID-19 est désormais obligatoire pour les étudiants qui prévoient vivre dans les résidences de l’université au cours de la prochaine année scolaire.

Sur son site Internet, l’Université d’Ottawa indique que les étudiants nationaux devront fournir une preuve de vaccination. Ils devront aussi avoir reçu au moins une dose d’un vaccin approuvé par Santé Canada avant leur date d’emménagement ou encore dans les deux semaines suivant leur arrivée. Ils devront aussi se faire administrer leur deuxième dose en respectant les délais recommandés par Santé publique Ottawa (SPO).

Quant aux étudiants étrangers, tout vaccin approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sera accepté. Ceux qui ont besoin d’une deuxième dose devront l’obtenir au Canada avec l’un des vaccins approuvés par Santé Canada.

Nous comprenons que certaines personnes peuvent bénéficier d’une exemption pour différentes raisons, et nous traiterons les exceptions comme il se doit, a précisé un porte-parole de l’Université d’Ottawa, Patrick Charette.

Un édifice derrière des grilles.

Selon le SÉUO, les étudiants veulent majoritairement retrouver les salles de classe pour la prochaine année scolaire.

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Un représentant du Syndicat étudiant de l'​Université d'Ottawa (SÉUO), Armaan Singh Kheppar, a déclaré que ses pairs sont généralement favorables à la vaccination obligatoire. Cela aiderait à faire en sorte que les étudiants soient en sécurité le plus possible, soutient-il.

La commissaire aux affaires francophones du SÉUO, Lia Bosquet​, mentionne pour sa part que son organisation encourage la vaccination afin de retrouver une vie étudiante se rapprochant le plus possible de la normalité.

On a envie de faire des activités sur le campus. Selon l’un de nos sondages, la grande majorité des étudiants veulent retourner en classe, mais certains ont un peu peur s’il n’y a pas assez de personnes vaccinées, note-t-elle.


Vaccination encouragée à l'Université Carleton

L’Université Carleton a choisi d’adopter une approche différente. La vaccination y est encouragée, mais pas obligatoire.

Sur son site Internet, l’établissement fait mention d’une option : un étudiant à la recherche d’un colocataire pourrait demander de partager le même logement qu’une personne vaccinée. Cependant, l’université précise qu’elle ne peut pas garantir que toutes les demandes seront satisfaites.

Affiche à l'entrée du campus où on peut lire le nom de l'établissement.

L'Université Carleton n'obligera pas la vaccination à ceux qui vivent sur le campus.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland


Le Collège Algonquin comme l'Université Carleton

Le Collège Algonquin a opté pour la même approche que l’Université Carleton en encourageant la vaccination.

La devanture du Collège Algonquin.

Le Collège Algonquin a pris la même direction que l'Université Carleton.

Photo : Radio-Canada / Francis Ferland


Le collège La Cité réfléchit encore

Du côté du collège La Cité, une conseillère en communication, Stéphanie Leprêtre, a mentionné que l’établissement n’avait pris aucune décision officielle à cet effet.

La Cité collabore actuellement avec les instances concernées, dont la santé publique et le ministère des Collèges et Universités afin d’adopter la meilleure approche, souligne-t-elle.

Dans la même note envoyée à ICI Ottawa-Gatineau, La Cité encourage tout le monde à se faire vacciner, mais nous voulons nous assurer que, quelle que soit la décision que nous prendrons, elle respectera les règles, règlements et lois en vigueur.

Des arbres se trouvent devant l'édifice.

Le collège La Cité, à Ottawa (archives)

Photo : Radio-Canada


L'UQO encourage la vaccination

De son côté, l’Université du Québec en Outaouais (UQO) vise un retour en présentiel cet automne.

Pour les étudiants en résidences, nous n’avons pas, pour le moment, l’intention d’exiger une première dose de vaccin, explique un porte-parole par courriel. Nous encourageons toutefois les gens à se faire vacciner.

L’UQO souligne que l’évolution de la situation sanitaire dictera aussi la suite des choses.

Nous attendons les directives du ministère de l’Enseignement supérieur, en août, concernant le format du trimestre d’automne qui dépendra de l’atteinte ou non de la cible de vaccination de 75 % du groupe des 16 à 29 ans, précise-t-on.


Qu’en pensent les experts?

Me Patrick Martin-Ménard, avocat spécialisé en droit médical

La décision de l’Université d’Ottawa a soulevé certaines questions légales et juridiques, à savoir s’il était permis d’obliger la vaccination aux gens qui vivent dans les résidences. Selon Me Martin-Ménard, l’établissement est pleinement dans son droit.

Il n’y a rien qui empêche l’Université d’Ottawa d’adopter une politique comme ça [puisque] c’est un objectif clair de santé publique. Il n’y a aucun élément discriminatoire dans cette politique-là, note-t-il.

« Si la question était soumise au tribunal, la réponse très probable serait que l’atteinte aux droits fondamentaux, si atteinte il y a, est minimale et cela passerait le test des tribunaux. »

— Une citation de  Me Patrick Martin-Ménard, avocat spécialisé en droit médical

Dr Brent Moloughney, médecin adjoint en santé publique pour SPO

Lors d’un point de presse mercredi, le Dr Brent Moloughney n’a pas voulu s’avancer à savoir si SPO soutient, ou non, les politiques de vaccination obligatoire. Il a plutôt mentionné que la vaccination réduit certains risques associés à une rentrée universitaire.

Dans ce genre de situation, nous recommandons certainement au plus grand nombre possible de personnes de se faire vacciner, a-t-il dit.


Dr Kerry Bowman, professeur de bioéthique à l’Université de Toronto

Le Dr Kerry Bowman a de son côté déclaré que de rendre les vaccins obligatoires sur le campus soulève un certain nombre de problèmes éthiques. Cela risque aussi de diviser les gens, selon lui.

Je n'aime pas cela. Mais une résidence universitaire est essentiellement le domicile d'une personne, alors cela change vraiment l'équation. Les gens ont besoin d'avoir un élément de sécurité dans cet environnement, donc c'est plus justifiable, avance-t-il.


Geneviève Tellier, politologue, Université d’Ottawa

À propos de l’obligation aux étudiants qui vivent sur le campus, Mme Tellier dit comprendre les motifs derrière cette décision, puisque les résidences accueillent beaucoup d’étudiants étrangers qui doivent cohabiter dans des espaces parfois restreints.

À ma connaissance, on n’exige pas [la vaccination] pour les étudiants qui iront en classe et qui ne résideront pas sur le campus et je n’ai pas été informée que c’était exigé pour les professeurs. Par contre, il faut se préparer à l’avance. Les inscriptions sont déjà faites et l’offre de cours est planifiée, et c’est très difficile à changer en quelques semaines, a-t-elle indiqué au micro de l’émission Les Matins d’ici.


Talayeh Shomali, responsable de l'éducation et de l'engagement communautaire à l'Association canadienne des libertés civiles

Notre préoccupation est que ce type de politique élimine la vaccination comme un choix. Nous pensons également au type de discriminations auxquelles les personnes non vaccinées seront exposées, réagit pour sa part Mme Shomali.


Avec les informations de Nafi Alibert, Marielle Guimond, Ryan Patrick Jones et Nicole Williams

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !