•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Favoriser l’apprentissage de la lecture… avec un chien

Un chien couché au poil court avec des yeux de couleur différente.

Julia accompagne les jeunes lors des ateliers de lecture.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

C’est mercredi au camp de jour de Sainte-Hélène-de-Kamouraska. Les enfants arrivent tôt le matin, les yeux encore endormis. Entre en scène Julia, une femelle husky-labrador, venue spécialement pour interagir avec les enfants lors d’une activité de lecture. Aussitôt, les jeunes se précipitent autour de la chienne.

Des fois, elle nous donne des petits bisous pendant la lecture, témoigne la jeune Léonie. La campeuse préfère les ateliers de lecture lorsque Julia est présente.

Une jeune fille caresse un chien.

La jeune Léonie préfère quand le chien est présent lors des ateliers de lecture.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Cet été, la zoothérapeute et propriétaire du Centre de zoothérapie et d’apprentissage du Kamouraska, Alexandra Pineault, tient ses ateliers de lecture en compagnie de Julia dans une dizaine de camps de jour du Kamouraska.

Le Centre de zoothérapie et d’apprentissage du Kamouraska a été mandaté pour animer l’activité Plaisir de lire en camp, cet été au Kamouraska. Le tout dans le cadre du plan de relance pour la réussite éducative du ministère de l’Éducation, afin de maintenir les acquis des élèves du primaire.

Une femme aux cheveux longs tient un micro lors d'une entrevue.

Alexandra Pineault a fondé le Centre de zoothérapie et d'apprentissage du Kamouraska.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

L’exercice vise à pallier l’absence d’enseignement scolaire durant les vacances. Les enfants peuvent perdre entre 10 à 20 % de leurs acquis pédagogiques pendant l’été, explique Mme Pineault.

La présence d'un chien lors des activités de lecture motive ainsi les jeunes à apprendre. Les enfants qui n’aiment pas la lecture peuvent souvent préférer les chiens et se présentent ainsi à l’activité, indique Élodie Chamberland, éducatrice au camp de jour de Sainte-Hélène-de-Kamouraska. Elle remarque l’engouement lors des séances.

Une femme porte ses cheveux attachés et porte des lunettes.

Élodie Chamberland est éducatrice au camp de jour de Sainte-Hélène-de-Kamouraska.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Ça incite les jeunes à venir, à participer. Malgré le fait que c’est de la lecture et que ça n’intéresse pas tout le monde, ils sont heureux de faire l’atelier avec le chien.

Une citation de :Élodie Chamberland, éducatrice au camp de jour de Sainte-Hélène-de-Kamouraska

Alexandra Pineault indique aussi que la présence de Julia, son husky-labrador, aide les jeunes à développer l’empathie, le respect, et leur façon de communiquer.

Un enfant demande à un chien de se coucher.

Lors de l'atelier de lecture, les enfants ont la chance de faire des tours avec Julia pour apprendre notamment la communication et à s'affirmer.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

Mme Pineault ajoute que la présence du chien permet également aux enfants de se détendre. Certains sortent de leur coquille grâce à la présence réconfortante de l’animal. D’intégrer un animal qui n’a pas de jugement, ça fait en sorte que l’enfant se prête au jeu, lève la main et propose des idées. Il va peut-être être ouvert à lire à voix haute.

Julia vient également créer une association positive dans le cerveau des jeunes du primaire.

Des enfants en cercle répondent à des questions de l'intervenante lors de l'atelier de lecture.

Les enfants ont tendance à participer davantage grâce à la présence du chien.

Photo : Radio-Canada / Fabienne Tercaefs

La présence du chien fait dégager des hormones de bonheur, de la dopamine. Si on peut créer ça chez l’enfant en mettant un chien dans l’activité de lecture, ça fera en sorte que lorsqu'ils vont ouvrir un livre, ils vont se rappeler qu’ils ont vécu de belles expériences de lecture, croit la zoothérapeute.

Peut-être que ça ferait en sorte qu’ils vont sécréter des hormones de bonheur en ouvrant les livres.

Une citation de :Alexandra Pineault, zoothérapeute

Le ministère de l’Éducation a consenti à un investissement plus de 100 000 $ pour l’organisme COSMOSS Bas-Saint-Laurent afin de mettre en œuvre plusieurs ateliers sur le territoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !