•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le changement d’heure et la péréquation au menu des référendums d’octobre en Alberta

Une main qui dépose un bulletin de vote dans une boîte de scrutin.

Deux référendums s'ajouteront aux élections municipales, scolaires et sénatoriales en octobre.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Les Albertains seront invités à se prononcer sur l’abandon du changement d’heure et sur la péréquation lors des élections municipales d’octobre.

La question précise sur le changement d’heure sera déterminée au cours de l’été. Pour l’instant, le ministre de Service Alberta, Nate Glubish, n’a pas défini si l'heure d’été ou celle d’hiver serait conservée, si la province allait de l’avant avec cet abandon.

La question sur la péréquation a déjà été approuvée par les députés albertains et se lira comme suit : L'article 36(2) de la Loi constitutionnelle de 1982 – L’engagement du Parlement et du gouvernement du Canada envers le principe des paiements de péréquation – devrait-il être retiré de la Constitution?

Le premier ministre, Jason Kenney, a une nouvelle fois admis qu’une majorité de oui à cette question ne mènera pas à un changement du système de péréquation. Son objectif est d’attirer l’attention du gouvernement fédéral sur le mécontentement des Albertains et de forcer des négociations entre les provinces et le fédéral.

J’encourage les Albertains à se prononcer en masse pour envoyer un message puissant que nous relayerons à Ottawa.

Une citation de :Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Les idées de créer une force de police provinciale et de retirer l’Alberta du Régime de pensions du Canada ne seront pas soumises à un référendum en octobre. Le premier ministre ainsi que les ministres de la Justice et des Finances ont souligné que plus de consultations étaient nécessaires, notamment avec les municipalités et les communautés autochtones.

En plus de ces deux référendums, les Albertains devront élire leur maire, leurs conseillers municipaux, leurs conseillers scolaires et trois sénateurs.

Jason Kenney a demandé au premier ministre, Justin Trudeau, de ne pas pourvoir les deux postes de sénateurs vacants et de choisir parmi ceux qui auront été élus par les Albertains en octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !