•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Enquête pour « crime haineux » après le saccage d'une mosquée en Ontario

Une salle endommagée.

Les dégâts sont estimés à plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Photo : CBC/Hala Ghonaim

Radio-Canada

Une mosquée située à Cambridge, dans le sud de l'Ontario, a été vandalisée jeudi. Pour la police, l'événement revêt un caractère islamophobe.

La police régionale de Waterloo a confirmé jeudi avoir ouvert une enquête après avoir été appelée et avoir constaté une entrée par effraction mercredi vers 17 heures à la mosquée Baitul Kareem.

Les forces de l'ordre croient qu'un ou plusieurs suspects sont entrés dans le lieu de culte puis y ont causé des dommages importants et ont volé des biens.

Nous sommes profondément troublés par cet acte criminel insensé, a déclaré le chef de police de Waterloo, Bryan Larkin. Soyez assurés que nous enquêtons activement et consacrons les ressources appropriées à cette enquête.

Une cuisine saccagée.

À l'intérieur de la mosquée Baitul Kareem, des objets ont été éparpillés dans une cuisine.

Photo : CBC/Hala Ghonaim

Sur Twitter, la mairesse de Cambridge, Kathryn McGarry, a qualifié le vandalisme de la mosquée Baitul Kareem d'horrible et honteux.

Lors d'un point de presse jeudi après-midi, l'officier Andre Johnson a déclaré qu'il ne pouvait fournir aucune information sur le ou les éventuels suspects. L'Unité des crimes haineux de la Police régionale de Waterloo ont été chargés de l'enquête.

Nous aurons des patrouilles régulières dans cette zone, et encore une fois, nous lançons toujours un appel à toute personne ayant des informations – nous les exhortons à contacter la police ou à laisser une indication anonyme à Échec au crime.

Des dizaines de milliers de dollars de dommages

Les dommages sont estimés à plusieurs dizaines de milliers de dollars, selon un communiqué publié jeudi par la communauté islamique Ahmadiyya Muslim Jama'at Canada.

De la documentation islamique a également été visée et des dizaines de boîtes remplies de livres et de prospectus ont été détruites, peut-on lire.

Un écriteau installé à l'extérieur de la mosquée.

La mosquée Baitul Kareem est située dans le quartier Galt, près du centre-ville de Cambridge.

Photo : CBC/Hala Ghonaim

Nos mosquées ont toujours servi de symboles de paix dans la communauté, et il est blessant pour nous de voir notre mosquée attaquée et vandalisée de cette manière, a déploré Lal Khan Malik, président national de l'Ahmadiyya Muslim Jama'at Canada.

Le communiqué indique que la communauté musulmane canadienne a été choquée en apprenant ce qui s'était passé.

Doug Ford appelle à des peines sévères

Lors d'une conférence de presse jeudi après-midi, le premier ministre Doug Ford a déclaré qu'il n'y a pas de place pour la haine ici en Ontario.

Il a demandé que le système judiciaire soit plus sévère envers les auteurs de crimes haineux.

Nous devons nous assurer que lorsque nous attrapons ces personnes, elles sont inculpées, et ensuite, c'est un appel [que je fais] aux juges – nous ne pouvons pas leur donner une tape sur la main et les laisser sortir le lendemain. Nous devons avoir des peines sévères.

Une citation de :Doug Ford, premier ministre de l'Ontario

Il a également noté que le Code criminel est une question fédérale.

Alors, premier ministre [Justin] Trudeau, soyons sévères envers le crime, soyons durs envers les criminels et sécurisons nos rues , a déclaré le premier ministre.

Sécurité renforcée

Asif Khan, directeur national des relations publiques d'Ahmadiyya Muslim Jama'at Canada, a déclaré dans une entrevue que les dommages pourraient avoir été causés entre 14 h et 16 h mercredi, en milieu de journée, ce qui est alarmant.

Pendant ce temps, l'organisation a déclaré avoir renforcé les mesures de sécurité dans ses mosquées et ses centres de prière à travers le Canada.

Plusieurs crimes haineux, dont l'un fait l'objet d'une enquête pour terrorisme, ont visé la communauté musulmane ces dernières semaines en Ontario.

Le 6 juin, quatre membres d'une même famille ont été mortellement happés par un véhicule à London. Le suspect de l'attaque apparemment islamophobe est accusé de terrorisme, de meurtre prémédité et de tentative de meurtre.

Le 12 juillet, deux femmes de confession musulmane ont été victimes d'insultes racistes et de menaces de mort à Hamilton, selon la police. Le premier ministre, Justin Trudeau, s'est dit profondément troublé en apprenant la nouvelle.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !