•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bruits : Toronto examine les heures de travail des chantiers de construction

Des ouvriers sur un édifice en construction, avec une grue en arrière-plan.

Depuis avril 2020, le bruit généré par les chantiers de la construction est autorisé de 6 h à 22 h, tous les jours de la semaine.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Olivier Bernatchez

Radio-Canada

Le bruit causé par les chantiers tôt le matin et jusqu’à tard le soir exaspère des résidents, selon deux élus municipaux de Toronto. Leur motion est présentée jeudi au conseil municipal et vise à demander à l’Ontario d’annuler l’extension des heures autorisées décidée pendant la pandémie de COVID-19.

Depuis avril 2020, les nuisances sonores des travaux sont permises de 6 h à 22 h tous les jours de la semaine, selon un règlement provincial mis en place afin que les chantiers puissent s'adapter aux contraintes liées aux mesures sanitaires.

Cette décision a pris le pas sur le règlement torontois autorisant le bruit de construction entre 7 h et 19 h du lundi au vendredi et de 9 h à 19 h le samedi et l’interdisant le dimanche et les jours fériés.

Par ailleurs, les projets de construction essentiels, tels que ceux du secteur de la santé, peuvent fonctionner 24 h sur 24. Le but de la politique est de permettre la mise en place de quarts de travail échelonnés afin que les travailleurs puissent se distancer physiquement au travail.

Perte de sommeil

Mais le bruit constant généré par les chantiers a des conséquences sur la santé mentale de certains résidents, selon Kristyn Wong-Tam, l’élue qui a proposé la motion et qui représente un quartier avec un nombre élevé de chantiers de construction.

Les gens sont en colère [ils] ont atteint un point d’ébullition parce qu'ils n'ont nulle part où aller.

Une citation de :Kristyn Wong-Tam, conseillère municipale pour le quartier 13, Toronto-Centre.

Chris Conrad vit dans un immeuble près de l'Esplanade et de la rue Lower Jarvis. Elle a assuré perdre le sommeil à cause du bruit à l'extérieur de son appartement depuis que la province a assoupli les heures.

Cela me donne l'envie de m'éloigner d'ici, a-t-elle déclaré en entrevue, alors que le martèlement provenant d'un chantier voisin couvrait presque sa voix.

Kristyn Wong-Tam pose à l'intérieur de l'hôtel de Ville de Toronto.

La conseillère municipale de l'arrondissement Toronto-Centre, Kristyn Wong-Tam, craint que l'Ontario prolonge l'extension des heures au-delà de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Rozenn Nicolle

D'accord, nous sommes au centre-ville. Ça va être bruyant, mais je ne pense pas que ça ait besoin d'être aussi bruyant tout le temps.

Le fait qu’elle passe la plupart de son temps dans son appartement, comme beaucoup d'autres pendant la pandémie, a empiré la situation selon elle.

Maintenant que les gens sont enfermés et à la maison depuis plus d'un an … comment les gens travaillent-ils à la maison? Comment les enfants font-ils leurs devoirs à la maison?

La province a déclaré dans un communiqué que sa décision d'étendre les heures de construction visait à offrir de la flexibilité et de la sécurité aux travailleurs pendant la pandémie.

La prolongation des heures de construction vise à offrir aux gestionnaires de chantier plus de flexibilité pour échelonner les quarts de travail, à limiter le nombre de personnes au même endroit et à prendre des précautions raisonnables pour assurer la sécurité et la santé des travailleurs conformément aux lignes directrices émises par le responsable de la prévention des chantiers de construction de l'Ontario peut-on lire.

L'autorisation bientôt prolongée?

La mesure provinciale doit prendre fin à l’automne, mais Josh Matlow, élu pour le quartier 12, Toronto-Saint-Paul, craint que l’Ontario trouve une raison ou une excuse pour la prolonger, voire la rendre permanente.

Nous ne sommes pas contre la construction [mais les résidents ont besoin] de reprendre leur souffle et pouvoir avoir un peu de paix et de tranquillité pendant les moments vraiment stressants.

Le gouvernement provincial a indiqué pour sa part que la mesure est destinée à être temporaire, mais qu'il peut revoir ces règlements en fonction de l'évolution des impacts de la COVID-19 en Ontario.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !