•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Engouement pour la bière sans alcool

Cannettes de bière sans alcool

La bière sans alcool est particulièrement populaire.

Photo : Radio-Canada

Marie-Claude Morin

La bière non alcoolisée connaît une popularité sans précédent chez les consommateurs, qui sont nombreux à vouloir diminuer leur consommation d'alcool. Et les microbrasseries sont au rendez-vous, avec de plus en plus de produits de qualité.

Dans la dernière année, ça a complètement explosé. On a vu 30 % d'augmentation dans les ventes de sans alcool, raconte Catherine Roux, cofondatrice de Boutique Cheers, une chaîne spécialisée en bières de microbrasserie dans la région de Montréal.

Les consommateurs ne sont plus seulement les femmes enceintes ou les gens qui prennent des médicaments. De nombreux amateurs veulent simplement diminuer leur consommation d'alcool. D'ailleurs, Catherine Roux voit souvent des paniers où se mélangent les produits avec et sans alcool. Le consommateur de bière de microbrasseries devient aussi le consommateur de bière sans alcool, ce qui est complètement une révolution dans le monde de la microbrasserie présentement.

Plusieurs facteurs expliquent cette tendance, selon Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politique agroalimentaires à l'Université Dalhousie. Environ 45 % des Canadiens ont pris du poids indésirable durant la pandémie, rappelle-t-il. Les gens vont peut-être vouloir se remettre en forme, faire attention à ce qu'ils mangent, ce qu'ils boivent, dit-il.

Comme les bières sans alcool contiennent moins de calories, elles s'intègrent bien à un régime santé.

La légalisation du cannabis, il y a bientôt trois ans, a aussi un rôle à jouer, selon Sylvain Charlebois. Les ventes au détail dépassent à peine 3 milliards de dollars au Canada, mais il y a quand même une croissance de 25 à 30 % par année. Boire de l'alcool et consommer du cannabis, ça ne va pas bien ensemble. Donc, les gens font un choix.

De plus en plus de produits sur les tablettes

L'offre de bières sans alcool s'est améliorée ces dernières années. À la pionnière BockAle se sont ajoutées de nombreuses microbrasseries. Des acteurs bien établis, comme Boréale, ont ajouté des produits sans alcool à leur gamme. D'autres, comme BSA et Sober Carpenter, produisent même seulement des bières non alcoolisées. On voit à peu près une nouveauté par semaine ou aux deux semaines, dit Catherine Roux. C'est vraiment beaucoup par rapport à une nouveauté aux six mois avant.

L'Association des microbrasseries du Québec ne compile pas le nombre de produits sans alcool offerts dans le marché. C'est en croissance, mais ça reste quand même marginal dans l'offre totale de microbrasserie, qui compte entre 4000 et 5000 différentes bières, indique Marie-Ève Myrand, directrice générale.

Catherine Roux compte une trentaine de bières sans alcool dans ses trois magasins, en rotation selon les saisons et les productions. On est très sélectifs, parce qu'il y en a beaucoup plus que ça sur le marché. Avant longtemps, toutefois, ses deux associés et elle ont l'intention d'y consacrer tout un réfrigérateur. Seulement des Québécoises et seulement nos coups de cœur, donc on s'entend qu'il va y avoir une bonne offre!

L'entrepreneuse s'attend à ce que le créneau du sans-alcool occupe de 10 à 15 % du marché d'ici quelques années. On s'attend à une explosion. Le 30 % de cette année est vraiment juste une bribe de ce qui va se passer.

Sauvés par les produits sans alcool

Le pub Le Saint-Bock, rue Saint-Denis à Montréal, a lancé la marque Bazaar en novembre dernier, en plein cœur de la deuxième vague. Pour vrai, faire de la bière sans alcool, ça a été la planche de salut du Saint-Bock, résume le propriétaire, Martin Guimond. En plus d'aider, quoique modestement, à payer le loyer, le projet a donné un objectif et une motivation à l'entrepreneur et à son brasseur durant le confinement.

L'entreprise a mis sur le marché une dizaine de produits et prévoit en ajouter cinq d'ici septembre. La majorité sont des bières sans alcool, mais elle a aussi développé des boissons non alcoolisées au goût de gin-tonic et de rhum coca.

Au total, elle vend environ 400 caisses par mois de ses produits non alcoolisés. C'est peut-être parce qu'on est petits, mais on ne fournit pas, dit Martin Guimond. On produit le plus possible. Et, en quelques jours, quelques semaines, toutes nos caisses de bières sont déjà écoulées dans les 150 points de vente.

Un homme dans une microbrasserie

Bière sans alcool

Photo : Radio-Canada

Un procédé complexe

Bazaar utilise une levure spéciale, qui empêche les sucres de se transformer en alcool. Une procédure plutôt complexe, utilisée surtout par les petites microbrasseries. C'est le cas aussi, par exemple, de Ras L'Bock, à Saint-Jean-Port-Joli.

Les marques à grand volume, comme Boréale, BSA et Sober Carpenter, sous-traitent plutôt leur production en Ontario. Dans certains cas, la bière est brassée normalement, puis désalcoolisée. Dans d'autres cas, la bière est brassée moins longtemps puis pasteurisée, pour éviter que l'alcool ne se développe.

Une bière sans alcool requiert des équipements spécialisés, dont nous ne disposons pas pour le moment dans nos propres installations de Blainville, indique par courriel la directrice marketing et communication de Boréale, Érika Godbout.

Les autres installations du Québec, ajoute-t-elle, n'ont pas la capacité suffisante pour brasser le volume de la gamme, qui a toutefois été développée à Boréale. Notre objectif est de brasser la gamme Hors Sentiers au Québec, à l’instar de toutes nos bières alcoolisées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !