•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les travailleurs ne se feront pas « affamer » par Olymel, prévient le syndicat

Des travailleurs manifestent devant l'usine Olymel à Vallée-Jonction.

Les travailleurs de l'usine Olymel de Vallée-Jonction sont sans convention collective depuis le 1er avril (archives).

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Les syndiqués de l’usine Olymel de Vallée-Jonction ne retourneront pas à la table des négociations tant et aussi longtemps que l’employeur ne présentera pas une offre aux travailleurs en grève depuis le 28 avril.

C’est l’avertissement qu’a lancé le syndicat mercredi après des négociations intensives de deux jours qui n’aura finalement pas permis de trouver un terrain d’entente pour le renouvellement de la convention collective.

On ne se fera pas affamer ni casser par Olymel. Ça fait 11 semaines qu’on est dehors. On est là pour avoir une entente. On est prêts à négocier jour et nuit. Ils ont tout dans les mains pour régler la situation, déplore le président du syndicat, Martin Maurice.

Le syndicat avait pourtant espoir d’en venir à un règlement après la manifestation tenue la semaine dernière à Québec. Olymel avait alors ajouté deux jours de négociations avec le conciliateur au calendrier, soit les 12 et 13 juillet.

On pensait que l’employeur était là pour régler. En tout cas, nous, on était là pour avoir une entente. La face cachée d’Olymel, c’était juste de nous faire paraître qu’elle était encore présente.

Une citation de :Martin Maurice, président du syndicat des employés d'Olymel à Vallée-Jonction
Martin Maurice, président du syndicat des employés d'Olymel à Vallée-Jonction.

Martin Maurice, président du syndicat des employés d'Olymel à Vallée-Jonction (archives)

Photo : Radio-Canada

19 juillet

Après avoir réglé plusieurs clauses, c’est sur les aspects salariaux que les négociations ont une fois de plus achoppé.

À 4 h du matin mercredi, Olymel a invité les syndiqués à retravailler leurs demandes d’ici la prochaine rencontre planifiée le 19 juillet.

Martin Maurice rapporte toutefois que les travailleurs ont présenté deux offres différentes depuis le début du mois alors que l’employeur n’en a déposé aucune en ce qui concerne les enjeux monétaires.

M. Maurice prévient que le syndicat refusera de négocier si l’employeur ne dévoile pas davantage ses intentions.

Là, c’est assez. On négocie seul. On ne voit pas ce que l’employeur dépose. Il ne veut pas déposer. C’est clair que le 19, s’il n’y a pas de dépôt de l’employeur, nous, syndicalement, on ne sera pas là pour négocier, précise-t-il.

Olymel ne souhaite pas commenter les accusations syndicales en précisant ne pas vouloir négocier sur la place publique.

L'entreprise assure toutefois qu'elle sera présente à la table de négociations le 19 juillet et espère en venir à un règlement le plus rapidement possible.

Plus de 1100 travailleurs d'Olymel de Vallée-Jonction sont sans convention collective depuis le 1er avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !