•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun nouveau cas en N.-É alors que la phase 4 du déconfinement entre en vigueur

Chargement de l’image

La province passait à la quatrième étape de son plan de déconfinement mercredi matin (archives).

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Alors que la Nouvelle-Écosse passait à la quatrième phase de son plan de déconfinement mercredi matin, la santé publique somme les résidents de la province à prendre rendez-vous pour une deuxième dose du vaccin.

Actuellement, 45 % de la population est pleinement vaccinée.

Le médecin-hygiéniste en chef Robert Strang rappelle que le passage à la cinquième et dernière étape du plan d’action des autorités sanitaires pourrait se faire avant la date prévue en septembre, à condition que 75 % de la population ait ses deux doses de vaccin.

La cinquième étape implique qu'il n'y aurait plus ou très peu de restrictions sanitaires en vigueur dans la province.

La province surveille le variant Delta

La santé publique ne dénombre aujourd’hui aucun nouveau cas de COVID-19 et 28 cas actifs. 

Toutefois, le laboratoire national de microbiologie rapporte 20 cas du variant Delta et 36 du variant Alpha.

Chargement de l’image

Les autorités sanitaires comptent sur la vaccination pour contrer les variants et permettre l'entrée en vigueur éventuelle de la cinquième étape du plan de déconfinement (archives).

Photo : Communications Nouvelle-Écosse

Les autorités disent se pencher sur la question, dans un contexte où on s’inquiète de la viralité du variant Delta. Robert Strang est d’avis que pour éviter une quatrième vague, les deux doses de vaccins sont recommandées et efficaces contre les variants.

Pas de passeport vaccinal pour l’instant

En conférence de presse, Iain Rankin a mentionné vouloir attendre la décision du gouvernement fédéral au sujet du passeport vaccinal. Il se dit pour le moment satisfait de la gestion des entrées des voyageurs dans la province aux frontières.

Le médecin-hygiéniste en chef a dit ne pas avoir l’intention d'imposer à des organisations ou institutions qu'elles doivent demander une preuve vaccinale. Du moins, pas avant que les questions éthiques autour de l’obligation au vaccin soient analysées par la province, précise-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !