•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Édith Cochrane devient ambassadrice du mouvement « Mangeons local » en Abitibi-Témiscamingue

Édith Cochrane devant des plants de légumes.

Édith Cochrane est la nouvelle ambassadrice du mouvement «Mangeons local plus que jamais!» en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

La comédienne et animatrice originaire d'Amos, Édith Cochrane, devient la nouvelle ambassadrice du mouvement « Mangeons local plus que jamais! » en Abitibi-Témiscamingue.

Le mouvement a pour objectif de faire découvrir aux consommateurs les différents produits locaux disponibles dans la région.

Lancé à l’été 2020, le mouvement comprend également une application pour téléphone intelligent. Cette dernière permet par exemple aux familles de planifier des circuits d'une journée pour découvrir différents producteurs ou productrices agricoles sur le territoire.

Suzanne Blais, Jocelyn Lévesque, Pascal Rheault, Suzie Éthier, Sébastien Lemire et Édith Cochrane.

Édith Cochrane a effectué une tournée de quatre producteurs et productrices agricoles ce mercredi. La tournée s'est amorcée au Centre Jardin du Lac Pelletier à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Pour Édith Cochrane, il était tout naturel de s'associer à une initiative encourageant la consommation locale dans sa région natale.

C’est la logique même. On tend vers l'autosuffisance, on tend vers manger local. La pandémie a fait en sorte qu’on a pris conscience de l’importance de consommer localement à plein d’égards mais surtout dans notre alimentation, indique-t-elle.

J’ai dit oui sans hésiter. Je trouve que tout le monde y gagne. Les producteurs y gagnent bien sûr, mais les consommateurs, on y gagne aussi.

Une citation de :Édith Cochrane

L'ambassadrice soutient qu’il vaut la peine de se déplacer directement chez les producteurs afin d’éviter d’acheter des produits suremballés ou qui ont nécessité de longues distances de transport.

On peut se faire une routine, aller rencontrer des producteurs, passer un bon moment, faire de l’autocueillette, et se procurer de la viande, des légumes, et des fruits frais. Il n’y a personne qui perd dans cette histoire-là, affirme-t-elle.

Pour écouter l'entrevue avec Édith Cochrane à Région Zéro 8, cliquez ici. Elle nous parle aussi de son projet où elle expérimente avec l'autosuffisance, l'émission C'est plus qu'un jardin.

L'animatrice souligne ne pas avoir hésité lorsqu’on lui a proposé ce rôle d’ambassadrice en Abitibi-Témiscamingue.

Je suis toujours contente de revenir ici. Chaque fois, je me sens chez moi. Je trouve que le monde est fin en Abitibi, les ciels sont différents. C’est une terre accueillante. D’avoir la possibilité de revenir ici, ça a été un argument de poids, dit-elle.

Une tournée régionale

Dans le cadre de la semaine Mangeons local, une tournée régionale a été organisée ce mercredi par l’Union des producteurs agricoles (UPA) de l'Abitibi-Témiscamingue pour faire découvrir à Mme Cochrane différents producteurs et productrices agricoles du territoire. Des arrêts étaient prévus aux Centre Jardin Lac Pelletier à Rouyn-Noranda, puis en Abitibi-Ouest, au Potager du Pouce Vert, à la ferme la Poul-a-ries et chez Écoboeuf.

Édith Cochrane et Suzie Éthier dans une serre.

Édith Cochrane a profité de son passage en Abitibi-Témiscamingue pour faire la visite des serres du Centre Jardin Lac Pelletier en compagnie de la propriétaire, Suzie Éthier.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

La propriétaire du Centre Jardin Lac Pelletier, Suzie Éthier, s’est dite très heureuse d’avoir été choisie pour participer à cette initiative.

Je suis vraiment contente parce que la campagne "Mangeons local", c’est quelque chose qui est directement en lien avec nos valeurs, parce qu’on fait de l’autocueillette. On veut que les gens se réapproprient l’agriculture, qu’ils comprennent de quelle façon les légumes poussent. De savoir que l’UPA a pensé à nous comme étant un vecteur pour permettre aux gens de se rapprocher de l’agriculture, je trouve ça génial, affirme-t-elle.

Pascal Rheault devant des fleurs.

Le président de la fédération régionale de l'UPA d'Abitibi-Témiscamingue, Pascal Rheault.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Selon le président de la fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue, Pascal Rheault, le mouvement Mangeons local plus que jamais! permettra de favoriser un rapprochement entre les consommateurs et les producteurs.

Les consommateurs peuvent jaser directement avec les producteurs et apprendre de quelle façon sont produits les aliments. Depuis 20 ans, les méthodes de production ont beaucoup changé. Elles sont beaucoup plus écologiques. Si les consommateurs apprécient leur expérience, avec le bouche à oreille, c’est certain que ça va créer une effervescence chez les producteurs , soutient-il.

Un mouvement en partenariat avec Goûtez AT

Le mouvement Mangeons local plus que jamais! est réalisé en partenariat avec Goûtez AT, initiative mise sur pied par les SADC de l’Abitibi-Témiscamingue lors de la pandémie.

Jocelyn Lévesque devant des fleurs.

Le directeur général de la SADC de Rouyn-Noranda- Jocelyn Lévesque.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

D’après le directeur de la SADC de Rouyn-Noranda, Jocelyn Lévesque, les deux initiatives fonctionnent en complémentarité.

C’est très connexe. Goûtez AT, ce que ça permet, c’est de faire le transactionnel, de faire l’achat en ligne. Ce n’est plus juste de dire aux gens qu’il y a un marché public à 10h à Rouyn-Noranda. Tu as ton panier qui t'attend, alors beau temps, mauvais temps, on s’assure d’un achalandage pour que les gens viennent découvrir les produits locaux , conclut-il

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !